Marine Le Pen chahutée à Meaux

Marine Le Pen a fait campagne samedi matin sur le marché de Meaux (Seine-et-Marne), la ville du leader de l'UMP Jean-François Copé, où sa visite d'une heure a été perturbée par l'hostilité de militants du Front de gauche (FG) et du PS.[AFP/Archives]

Marine Le Pen a fait campagne samedi matin sur le marché de Meaux (Seine-et-Marne), la ville du leader de l'UMP Jean-François Copé, où sa visite d'une heure a été perturbée par l'hostilité de militants du Front de gauche (FG) et du PS.

"Résistance! Résistance! Résistance!": ce slogan scandé à vive voix a accompagné les déambulations de la leader du Front national entre les étals et auprès des commerçants ou des passants, couvrant parfois la voix de la candidate.

Affichant un large sourire en guise de réponse, Marine Le Pen a vu dans cette réaction des signes de la "violence" et de la "haine" dont elle accuse son adversaire du FG, Jean-Luc Mélenchon. Celui-ci l'a devancée pour la première fois dans un sondage BVA vendredi, un cas unique pour l'instant.

La présidente du FN a pu se rassurer avec les embrassades de passants croisés et les autographes qu'ils sollicitaient. Elle a déploré de ne pas pouvoir faire campagne "normalement".

A l'issue de la visite, les partisans de Jean-Luc Mélenchon ont entonné la Marseillaise, comme aux meetings de leur leader. Marine Le Pen s'est tournée pour leur faire face. Après un court moment d'hésitation, elle a aussi chanté l'hymne national à tue-tête.

Dans la 6e circonscription de la Seine-et-Marne, où Jean-François Copé a été élu en 2002 et 2007, le FN avait imposé une triangulaire avec le RPR et le PS en 1997 qui avait abouti à la défaite de l'actuel patron de l'UMP.

"Il ne s'en est jamais remis", a ironisé Marine Le Pen, venue soutenir la candidate du FN pour les législatives, Marie-Christine Arnautu.

Vous aimerez aussi

Disparition Décès de Pierre Bellemare : les journalistes et animateurs sous le choc
Des sacs de sable posés sur les toits des tentes de réfugiés rohingyas avant l'arrivée de la mousson, le 7 mai 2018 au camp de Kutupalong, au Bangladesh [Munir UZ ZAMAN / AFP]
Drame «Nous mourrons» : au Bangladesh, les camps rohingyas à la merci de la mousson
Gaël Monfils est dans l'inconnu avant d'entamer ces Internationaux de France.
Tennis Roland-Garros 2018 : le programme du dimanche 27 mai

Ailleurs sur le web

Derniers articles