Le Goncourt des lycéens dans le sillage du "vrai" Goncourt

Le Goncourt des lycéens, qui fête ses 25 ans, a retenu les mêmes prétendants que l'Académie Goncourt dans sa première sélection, à l'exception de Mathias Enard, auteur de "Rue des voleurs", déjà couronné par les élèves en 2010, ont annoncé mercredi les organisateurs.[AFP] Le Goncourt des lycéens, qui fête ses 25 ans, a retenu les mêmes prétendants que l'Académie Goncourt dans sa première sélection, à l'exception de Mathias Enard, auteur de "Rue des voleurs", déjà couronné par les élèves en 2010, ont annoncé mercredi les organisateurs.[AFP]

Le Goncourt des lycéens, qui fête ses 25 ans, a retenu les mêmes prétendants que l'Académie Goncourt dans sa première sélection, à l'exception de Mathias Enard, auteur de "Rue des voleurs", déjà couronné par les élèves en 2010, ont annoncé mercredi les organisateurs.

Mathias Enard avait reçu le Goncourt des lycéens il y a deux ans pour "Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants" (Actes Sud).

La première sélection de l'Académie Goncourt est traditionnellement retenue comme base de départ par le Goncourt des lycéens, qui sera décerné le 15 novembre à Rennes.

Une cinquantaine de classes d'établissements scolaires de la France entière participent à cette initiative organisée par la Fnac et le ministère de l'Education nationale avec l'accord de l'Académie Goncourt. Les jeunes jurés lisent les romans retenus, défendent leurs favoris, délibèrent et votent comme les "grands".

Le top départ du prix 2012 sera donné officiellement le 13 septembre depuis le lycée Jules-Ferry à Paris, en présence de l'écrivain et journaliste Pierre Assouline, membre de l'Académie Goncourt et parrain du Goncourt des lycéens cette année.

Erik Orsenna, membre de l'Académie française, et premier lauréat de cette récompense en 1988, participera également à ce lancement ainsi que Carole Martinez, distinguée par les lycéens en 2011 pour "Du Domaine des Murmures" (Gallimard).

Vous aimerez aussi

Une exposition pour "rassurer" sur les pesticides
Culture Une exposition pour «rassurer» sur les pesticides
L'Afghan Mohammad Tamim Sahibzada, maître ès miniatures et responsable des enluminures, montre un Coran en soie dans les 610 pages ont été peintes à la main, le 19 avril 2018 à la Fondation britannique Turquoise Mountain, à Kaboul [WAKIL KOHSAR / AFP]
oeuvre d'art Un Coran en soie pour préserver l'héritage culturel de l'Afghanistan
« Run my City » : comment faire du sport en se cultivant ?
Running «Run my City» : comment faire du sport en se cultivant ?

Ailleurs sur le web

Derniers articles