Filippetti : "France TV doit arrêter la course à l'audimat"

Aurélie Filippetti, ministre de la Communication,le 25 août 2012 à LA Rochelle [Jean-Pierre Muller / AFP/Archives] Aurélie Filippetti, ministre de la Communication,le 25 août 2012 à LA Rochelle [Jean-Pierre Muller / AFP/Archives]

Aurélie Filippetti, ministre de la Communication, estime que le groupe France Télévisions, très affecté par la baisse des dotations de l'Etat, doit se repositionner et arrêter "la course à l'audimat", dans un entretien à l'AFP accordé à l'occasion de la publication du Budget 2013.

"La course à l'audimat, sur le même terrain que des chaînes commerciales, n'est pas la bonne manière d'envisager une stratégie pour le service public audiovisuel. Il y a une réflexion qui est en cours avec eux (France Télévisions, ndlr) pour pouvoir réorienter les choses vers une vraie mission de service public", a déclaré la ministre.

"Surtout à l'heure de la multiplication des chaînes et de la TV connectée, la différence se fera vraiment sur la qualité. Je suis persuadée que nos concitoyens attendent cela du service public", a poursuivi Aurélie Filippetti en citant en exemple "La boîte à musique", présentée par Jean-François Zygel l'été sur France 2.

"C'est pas forcément plus de crédits budgétaires qui sont les garants d'une amélioration de la qualité des programmes", a-t-elle ajouté.

Le projet de budget 2013, présenté vendredi par le gouvernement, prévoit un repli de 1,6% du total des dotations aux entreprises de l'audiovisuel public.

France Télévisions (France 2, France 3, France 4, France 5 et France 0), qui est le plus important poste de dotations du secteur, va subir la plus forte baisse. Le groupe bénéficiera en 2013 de 2,453 milliards d'euros, en baisse de 2,3% par rapport à 2012, selon les chiffres du ministère.

Vous aimerez aussi

L'herbicide contesté glyphosate devrait être supprimé en France d'ici trois ans dans 80 à 90% de ses utilisations [Robyn Beck / AFP/Archives]
Écologie Le glyphosate devrait être supprimé d'ici à trois ans «dans 80 à 90%» des cas
La balance symbole de la loi, le 19 septembre 2017 au tribunal de Rennes [LOIC VENANCE / AFP/Archives]
Économie Avec la loi Pacte, le gouvernement veut simplifier la vie des entreprises
Économie Libérer les patrons, encourager l'épargne salariale, autoriser les privatisations : tout comprendre à la loi Pacte

Ailleurs sur le web

Derniers articles