La Bourse de Paris débute la semaine avec prudence (+0,16%)

La Bourse de Paris a ouvert en hausse lundi (+0,56%), après une semaine de baisse, dans un marché toujours prudent quant aux perspectives économiques mondiales, avant des indicateurs en Allemagne et aux Etats-Unis.[AFP/Archives]

La Bourse de Paris était en très légère hausse lundi dans les premiers échanges (+0,16%), peinant à rebondir après une semaine de baisse, prudente quant aux perspectives économiques mondiales, avant des indicateurs en Allemagne et aux Etats-Unis.

A 09H26, le CAC 40 prenait 5,59 points à 3.481,77 points, après avoir grappillé 0,11% vendredi.

Le marché parisien tentait de rebondir avec difficulté, au sortir d'une semaine où il a cédé 3,30% sur des prises de bénéfices.

Les investisseurs s'interrogeaient sur la vigueur de l'économie mondiale et notamment de son principal moteur, les Etats-Unis.

"La semaine qui s'ouvre sera nettement plus riche en statistiques de nature à modifier la perception des investisseurs quant à la solidité de la reprise mondiale", soulignent les stratégistes du Crédit Mutuel-CIC.

Les investisseurs surveilleront à cet égard l'indice Ifo du climat des affaires en Allemagne (10H00), avant les promesses de ventes de logements aux États-Unis (16H00).

"Les marchés pourraient entre dans une phase +d'attente+", observent quand à eux les économistes du courtier Aurel BGC, pour qui les investisseurs veulent en savoir plus sur le pare-feu européen et la contribution du Fonds monétaire international (FMI).

"La mise en place de ces dispositifs reste déterminante pour conclure à +la fin de la crise des souverains+", selon Aurel BGC.

Le gouvernement allemand serait d'ailleurs en passe d'accepter un renforcement du mécanisme de sauvetage européen (MES) en approuvant son cumul avec le mécanisme précédent (FESF), selon l'hebdomadaire Spiegel lundi.

Le marché n'oubliera pas de surveiller l'Espagne, après des mises en garde européennes sur le déficit public, alors que les taux obligataires du pays ont récemment grimpé sur le marché.

Parmi les valeurs, les bancaires hésitaient sur la direction à suivre, à l'image de BNP Paribas (+0,39% à 37,60 euros), Crédit Agricole (+0,06% à 4,99 euros) et Société Générale (-0,02% à 23,93 euros).

Vivendi (-0,07% à 14,02 euros) réagissait peu aux informations du Figaro selon lesquelles le PDG de l'opérateur SFR Franck Esser est sur le départ alors que l'opérateur essaie de se repositionner face à l'offre de Free sur le marché de la téléphonie mobile.

Iliad, maison mère de Free, perdait du terrain (-1,91% à 105,05 euros), alors que France Télécom (Orange), qui perdait -0,39% à 11,45 euros, a menacé samedi de suspendre le contrat qui le lie à Free Mobile, si l'utilisation de son réseau par ce dernier devait pénaliser ses propres clients.

Vous aimerez aussi

Traders à la cloture sur le New York Stock Exchange le 5 février 2018  [Bryan R. Smith / AFP]
Bourse A Wall Street, le Dow Jones repart de l'avant et prend plus de 2%
La chute de Wall Street s'est propagé aux marchés financiers mondiaux [ERIC PIERMONT / AFP/Archives]
Bourse Krach ou pas krach ? Les marchés se font peur mais l'économie est solide
Cryptomonnaie Binance et les plateformes de cryptomonnaies victimes de leur succès

Ailleurs sur le web

Derniers articles