General Motors devient le 2e actionnaire de PSA

Le constructeur automobile français PSA Peugeot Citroën a levé près d'un milliard d'euros (999.013.089 euros bruts) à l'issue d'une augmentation de capital prévue dans le cadre de son alliance avec l'américain General Motors[AFP/Archives]

Le constructeur automobile français PSA Peugeot Citroën a levé près d'un milliard d'euros (999.013.089 euros bruts) à l'issue d'une augmentation de capital prévue dans le cadre de son alliance avec l'américain General Motors.

GM a pris comme prévu 7% du capital du français, devenant son deuxième actionnaire derrière la famille Peugeot (25,2% du capital et 37,9% des droits de vote), selon un communiqué. "Le groupe familial Peugeot a exercé 32.875.655 droits préférentiels de souscription, pour un montant d'environ 140 millions d'euros", selon le communiqué.

L'entrée au capital de l'américain s'est faite grâce à "l'acquisition et l'exercice des droits préférentiels de souscription cédés par le groupe familial Peugeot et l'acquisition d'actions auto-détenues vendues par PSA Peugeot Citroën.

L'opération a été un succès puisque "la demande totale s'est élevée à approximativement 1,78 milliard d'euros, soit un taux de souscription de 178%", souligne le constructeur.

Elle a été menée du 8 au 21 mars, au prix de 8,27 euros par action nouvelle. La livraison des actions nouvelles interviendra le 29 mars.

A la Bourse de Paris, l'action Peugeot a terminé mardi à la cloture à 12,6 euros (-1,29%).

PSA et GM, qui souffrent tous deux en Europe, ont annoncé fin février leur rapprochement. Ils vont mettre en commun des plates-formes de production, c'est-à-dire la fabrication de la partie "non visible" de la voiture, telle que le châssis par exemple, même si chacun continuera à vendre des voitures sous ses propres marques.

GM et PSA commenceront à oeuvrer en commun sur les voitures particulières petites et moyennes, les monospaces et les petits 4X4, et poursuivront ensuite avec une nouvelle plate-forme pour les véhicules à faibles émissions de CO2.

Les premiers véhicules bâtis sur ces troncs communs seront commercialisés à partir de 2016.

L'autre volet de l'alliance prévoit que les deux groupes mutualisent leurs achats de biens et de services, en créant une co-entreprise, là encore pour bénéficier de l'effet masse des deux constructeurs, qui prévoient un "volume d'achat combiné de 125 milliards de dollars".

Les synergies attendues grâce à ce double rapprochement sont de l'ordre de deux milliards de dollars par an d'ici cinq ans, et les principaux volets de l'accord devraient être opérationnels au deuxième semestre 2012.

Vous aimerez aussi

Automobile Les prix de l'essence et du diesel vont continuer de grimper
Un membre de la sécurité du parti anti-immigration AfD  au congrès du parti à Hanovre le 2 décembre 2017 [Julian Stratenschulte / DPA/AFP/Archives]
Politique En Allemagne, l'extrême droite courtise les salariés de l'automobile
Contrôle technique : attention aux nouveautés
Automobile Contrôle technique : attention aux nouveautés

Ailleurs sur le web

Derniers articles