L'Espagne tiendra son objectif de réduction du déficit

Spain's Prime Minister Mariano Rajoy poses during the commemoration marking the bi-centenary of the enactment of Spain's first constitution, the 1812 Constitution of Cadiz, known locally as 'La Pepa' , in Cadiz on March 19, 2012.AFP PHOTO / CRISTINA QUICLER[AFP/Archives]

L'Espagne se trouve "face à une tâche gigantesque" mais "ne renoncera pas" à son objectif de réduction du déficit public, a déclaré lundi le chef du gouvernement, Mariano Rajoy, en défendant le budget 2012 du pays qui prévoit 27,3 milliards d'euros d'économies.

"Il est absolument indispensable, un objectif auquel nous ne renoncerons pas, de réduire le déficit public à 5,3% cette année", a déclaré M. Rajoy en présentant devant son parti, le Parti populaire, le budget 2012 qui sera le plus rigoureux de l'histoire du pays.

Le chef du gouvernement a répété que l'Espagne "va redevenir un pays qui respecte" ses engagements et "va occuper la place qui lui revient", admettant toutefois se trouver face à "une tâche gigantesque, avec l'objectif de créer des emplois", alors que le taux de chômage atteint 22,85%.

"Nous savons ce que nous faisons. Je ne suis pas en position de donner des bonnes nouvelles aux Espagnols, mais je le serai. Nous sommes en train de poser les fondements de la reprise" économique, a assuré Mariano Rajoy.

Le gouvernement espagnol a approuvé vendredi son projet de budget 2012 visant à ramener le déficit public à 5,3% du PIB après 8,51% en 2011. L'administration centrale devra pour cela récupérer 27,3 milliards d'euros, entre coupes budgétaires et hausses d'impôts.

La plupart des analystes tablaient sur la nécessité pour l'Espagne de trouver environ 50 milliards d'euros, en tenant compte de la récession, qui devrait réduire le PIB espagnol de 1,7% cette année.

Le reste de l'effort devra donc surtout venir des régions et des villes, à la santé financière fragile depuis l'éclatement de la bulle immobilière en 2008.

Vous aimerez aussi

Le premier ministre grec Alexis Tsipras et le commissaire européen aux Affaires économiques Pierre Moscovici, le 8 février 2018 à Athènes [ANGELOS TZORTZINIS / AFP/Archives]
Économie Crise de la dette : l'odyssée grecque proche de la fin
Conflit social SNCF : «Ce n'est pas aux Français de payer cette dette-là», estime Damien Abas, député LR
Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, à la sortie du Conseil des ministres, le 11 avril 2018 [LUDOVIC MARIN / AFP/Archives]
Mouvement social Le gouvernement hausse le ton dans le conflit à Air France

Ailleurs sur le web

Derniers articles