La dette publique espagnole va bondir cette année

La dette publique de l'Espagne devrait bondir de plus de onze points en 2012, à 79,8% du PIB, a annoncé mardi le gouvernement, contraint à un effort de rigueur sans précédent pour rétablir la confiance des marchés et de ses partenaires européens.[AFP]

La dette publique de l'Espagne devrait bondir de plus de onze points en 2012, à 79,8% du PIB, a annoncé mardi le gouvernement, contraint à un effort de rigueur sans précédent pour rétablir la confiance des marchés et de ses partenaires européens.

"La dette publique passera de 68,5% du PIB à la fin 2011 à 79,8%, un niveau qui reste inférieur au chiffre de 90,4% qui sera la moyenne de la zone euro", a indiqué le ministère du Budget, en marge de la présentation au Parlement du budget 2012 du pays, marqué par des mesures de rigueur sans précédent.

Présentant devant la presse ce budget qui prévoit 27,3 milliards d'euros d'économies, le ministre du Budget Cristobal Montoro a souligné la difficulté pour l'Espagne de réduire son déficit compte tenu du poids des intérêts de la dette.

Ce budget, "associant des réductions des dépenses publiques et des rentrées supplémentaires, tient compte de la situation extraordinairement difficile que traverse l'Espagne", a déclaré M. Montoro.

L'Espagne tente ainsi de réduire son déficit public de 8,51% en 2011 à 5,3% cette année, un objectif imposé par Bruxelles, au prix de lourds sacrifices sociaux.

"Nous sommes convaincus que le défi de ce budget est de récupérer la confiance des partenaires européens de l'Espagne, des investisseurs en Espagne, qui sont en bonne partie les créanciers de l'Espagne", a ajouté le ministre du Budget.

"Nous vivons une situation limite en raison du financement de l'économie espagnole, du haut niveau d'endettement accumulé par notre économie face au reste du monde", a-t-il souligné.

Le gouvernement espagnol prévoit en 2012 de réduire "de 30%" par rapport à 2011 ses émissions de dette à long terme, souligne le ministère du Budget dans son communiqué.

Mais les intérêts de la dette et autres coûts financiers pèsent déjà lourd sur les finances publiques, également plombées par l'augmentation croissante du coût des indemnités chômage (4,75 millions de chômeurs à la fin mars).

Une "grande partie de cette augmentation (de la dette) sera supportée par l'administration centrale qui atteindra un niveau de 60% du PIB contre 52,1% en 2011", ajoute le ministère.

La dette publique espagnole, en proportion du PIB, est en hausse continue depuis le premier trimestre 2008, où elle atteignait 35,8%, après plus d'une décennie de baisse, alors que le pays était en forte croissance avec des comptes publics excédentaires.

Elle s'élevait, fin décembre 2011, à 734,961 milliards d'euros, ce qui représente 68,5% du PIB, un bond de plus de deux points en seulement trois mois (66% au troisième trimestre).

Vous aimerez aussi

Conflit social SNCF : «Ce n'est pas aux Français de payer cette dette-là», estime Damien Abas, député LR
Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, à la sortie du Conseil des ministres, le 11 avril 2018 [LUDOVIC MARIN / AFP/Archives]
Mouvement social Le gouvernement hausse le ton dans le conflit à Air France
Dette de la SNCF : un problème qui dure depuis sa création
rail Dette de la SNCF : un problème qui dure depuis sa création

Ailleurs sur le web

Derniers articles