Wall Street ouvre en baisse, déçue par la Fed et inquiète pour l'Espagne

La Bourse de New York a ouvert en baisse mercredi, dans un mouvement de prise de bénéfices au lendemain de commentaires jugés décevants de la banque centrale américaine (Fed): le Dow Jones cédait 0,50% et le Nasdaq 0,91%.[Getty Images/AFP/Archives]

La Bourse de New York a ouvert en baisse mercredi, au lendemain de commentaires jugés décevants de la banque centrale américaine (Fed) et dans un contexte d'inquiétudes pour la dette espagnole: le Dow Jones cédait 0,79% et le Nasdaq 0,91%.

Vers 13H50 GMT, le Dow Jones Industrial Average reculait de 104,44 points à 13.095,11 points et le Nasdaq, à dominante technologique, de 28,34 points à 3.085,23 points.

L'indice élargi Standard & Poor's 500 perdait 0,77% (-10,87 points) à 1.402,51 points.

Wall Street avait déjà terminé en baisse mardi, la Fed ayant laissé peu de chances à un nouvel assouplissement monétaire souhaité par le marché: le Dow Jones Industrial Average avait cédé 0,49% à 13,199.55 points et le Nasdaq, à dominante technologique, 0,20% à 3.113,57 points.

"Si les investisseurs cherchaient un prétexte pour vendre, ils l'ont trouvé en écoutant le discours de la Fed" mardi, a relevé Gregori Volokhine, de Meeschaert New York.

Les minutes de la dernière réunion de la Fed le 13 mars, diffusées mardi, ont été en effet interprétées par les courtiers comme plus positives que prévu pour l'économie américaine, ce qui semblait écarter une troisième vague d'assouplissement monétaire aux Etats-Unis à court terme.

"Cela semble désormais impossible que (la Fed procède à) de nouvelles injections de liquidités au mois d'avril puisqu'il semble qu'un ralentissement de l'économie américaine soit posé comme condition", ce qui n'est pas le cas actuellement, a souligné le stratège.

"Malgré des chiffres meilleurs que prévu au niveau des embauches dans le secteur privé aux Etats-Unis en mars, à quelques jours du rapport (très attendu) sur le chômage et l'emploi vendredi, la Bourse est sous pression", ont constaté de leur côté les experts de Charles Schwab.

Les embauches dans le secteur privé ont ralenti aux Etats-Unis en mars, les entreprises privées créant ce mois-là 209.000 emplois nets, soit moins qu'en février (230.000, chiffre révisé à la hausse), selon le cabinet ADP.

La tendance baissière était accentuée par les appréhensions de la place new-yorkaise vis-à-vis de la crise de la dette en zone euro, et plus particulièrement en Espagne, après "une émission obligataire peu concluante", a noté le site d'analyse financière Briefing.com.

Madrid, qui a levé mercredi pour 2,589 milliards d'euros en obligations à 3, 4 et 8 ans, a été forcée de concéder des taux en nette hausse lors de la première émission suivant la présentation d'un budget 2012 marqué par un effort de rigueur sans précédent pour réduire son déficit public.

Le marché obligataire évoluait en hausse. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans baissait à 2,245% contre 2,284% mardi soir et celui à 30 ans à 3,381% contre 3,4100%.

Vous aimerez aussi

Traders à la cloture sur le New York Stock Exchange le 5 février 2018  [Bryan R. Smith / AFP]
Bourse A Wall Street, le Dow Jones repart de l'avant et prend plus de 2%
La chute de Wall Street s'est propagé aux marchés financiers mondiaux [ERIC PIERMONT / AFP/Archives]
Bourse Krach ou pas krach ? Les marchés se font peur mais l'économie est solide
Cryptomonnaie Binance et les plateformes de cryptomonnaies victimes de leur succès

Ailleurs sur le web

Derniers articles