Le taux d'inactivité des jeunes dans le monde va s'aggraver

L'avenir des jeunes chomeurs dans le monde, déjà durement touchés par la crise, va rester sombre, selon la dernière étude de l'OIT (organisation internationale du travail), publiée mardi à Genève.[AFP] L'avenir des jeunes chomeurs dans le monde, déjà durement touchés par la crise, va rester sombre, selon la dernière étude de l'OIT (organisation internationale du travail), publiée mardi à Genève.[JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP]

L'avenir des jeunes chomeurs dans le monde, déjà durement touchés par la crise, va rester sombre, selon la dernière étude de l'OIT (organisation internationale du travail), publiée mardi à Genève.

Selon l'OIT, "le taux de chômage parmi les jeunes va encore s'aggraver à l'échelle mondiale parce que les retombées de la crise de l'euro se propagent des économies avancées vers les économies émergentes", indiquent les experts de l'OIT.

Selon les prévisions de l'OIT, le taux de chômage des jeunes va s'élever en 2017 à 12,9%, en hausse de 0,2 point de pourcentage par rapport aux prévisions de 2012 (12,7%).

Ce sont les jeunes d'Afrique du Nord et du Moyen-orient qui sont le plus touchés par le chômage, avec une prévision de taux de chômage de 27,5% en 2012 en Afrique du Nord et de 26,4% au Moyen-Orient.

A moyen-terme, d'ici 2017, le taux de chômage des jeunes dans le monde devrait s'élever à 12,9%. En Afrique du Nord, ce taux devrait s'élever à 26,7% et au Moyen-Orient à 28,4%.

"Même dans les pays qui enregistrent des signes précoces de reprise de l'emploi et où des postes vacants s'ouvrent, de nombreux jeunes chômeurs ont du mal à décrocher un emploi", relève l'OIT.

"Cela conduit au découragement et à l'augmentation du taux de ceux qui ne sont ni au travail, ni scolarisés ni en formation parmi les jeunes", a relevé Ekkehard Ernst, l'auteur principal du rapport et responsable de l'Unité des tendances de l'emploi de l'OIT.

Pour sortir les jeunes chômeurs de la précarité, l'expert préconise le recours à des systèmes de garanties d'emploi et à la priorité accordée à la formation. Cela pourrait "contribuer à sortir les chômeurs de la rue pour les intégrer à des activités utiles, leur offrant une protection contre de nouvelles tensions économiques", a-t-il estimé.

Selon l'étude, ces garanties pour les jeunes n'auraient qu'un faible coût dans les pays européens, estimé à moins de 0,5% du PIB.

"En période de restrictions budgétaires, cela peut sembler une lourde charge additionnnelle, mais elle sera inférieure aux coûts supplémentaires qu'engendre l'éloignemement durable des jeunes chômeurs ayant perdu contact avec le marché du travail", selon l'étude de l'OIT.

Vous aimerez aussi

Après une forte baisse fin 2017, le taux de chômage est reparti à la hausse (+0,2 point) au 1er trimestre, pour s'établir à 9,2% en France entière  [Lionel BONAVENTURE / AFP/Archives]
Économie Le taux de chômage remonte au 1er trimestre
Politique de la ville Emmanuel Macron au chevet des banlieues
Prestations sociales : le coup de rabot ?
Gouvernement Prestations sociales : le coup de rabot ?

Ailleurs sur le web

Derniers articles