Portugal : la troïka prête à adapter le plan d'aide

Les créanciers du Portugal ont manifesté leur disponibilité pour adapter le plan de sauvetage du pays à la conjoncture économique, a indiqué un député de la majorité gouvernementale à l'issue d'une rencontre avec la troïka représentant les bailleurs de fonds du pays.[AFP] Les créanciers du Portugal ont manifesté leur disponibilité pour adapter le plan de sauvetage du pays à la conjoncture économique, a indiqué un député de la majorité gouvernementale à l'issue d'une rencontre avec la troïka représentant les bailleurs de fonds du pays.[AFP]

Les créanciers du Portugal ont manifesté leur disponibilité pour adapter le plan de sauvetage du pays à la conjoncture économique, a indiqué un député de la majorité gouvernementale à l'issue d'une rencontre avec la troïka représentant les bailleurs de fonds du pays.

"La troïka a manifesté sa flexibilité pour que le programme soit adapté aux conditions de l'économie et à son évolution depuis que le mémorandum a été signé en mai 2011", a déclaré le député Miguel Frasquilho, vice-président du groupe parlementaire du PSD (Parti social démocrate, centre-droit).

La troïka (Banque centrale européenne, Union européenne et Fonds monétaire international) a entamé mardi dernier sa cinquième mission d'évaluation du plan de sauvetage du Portugal, accordé en mai 2011, alors que le gouvernement peine à respecter ses engagements de réduction du déficit budgétaire.

Le gouvernement s'est engagé à ramener le déficit public à 4,5% du PIB à la fin de l'année et à 3% l'année prochaine, des objectifs qui semblent compromis en raison notamment d'une chute des recettes fiscales.

Face à cette situation, de nombreux analystes et les partis de l'opposition de gauche ont réclamé plus de souplesse dans l'application du programme de rigueur.

"Nous avons dit à la Troïka que les choses ne se passent pas bien et l'avons interrogée sur la possibilité d'apporter des ajustements" axés sur des mesures destinées à favoriser la croissance, a affirmé de son côté le député socialiste Pedro Marques qui a participé avec tous les partis représentés au parlement à la rencontre.

"Le Portugal a besoin d'interrompre cette spirale d'austérité, qui pèse sur les gens avec des mesures qui plombent l'économie et nous éloignent de nos objectifs budgétaires", a-t-il ajouté.

Jusqu'à présent, le gouvernement de centre-droit a toujours indiqué qu'il ne demanderait "ni plus de temps, ni plus d'argent" pour mettre en oeuvre le programme d'aide.

En échange d'un prêt de 78 milliards d'euros, le Portugal s'était engagé à appliquer une sévère cure de rigueur afin de relancer son économie et assainir ses finances.

Mais ce programme d'austérité a plongé le pays dans la récession, avec une contraction de 3% du PIB prévue cette année, et un chômage record, à plus de 15%.

Vous aimerez aussi

Conflit social SNCF : «Ce n'est pas aux Français de payer cette dette-là», estime Damien Abas, député LR
Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, à la sortie du Conseil des ministres, le 11 avril 2018 [LUDOVIC MARIN / AFP/Archives]
Mouvement social Le gouvernement hausse le ton dans le conflit à Air France
Dette de la SNCF : un problème qui dure depuis sa création
rail Dette de la SNCF : un problème qui dure depuis sa création

Ailleurs sur le web

Derniers articles