L'impôt à 75% peut-être revu

La taxe à 75% promise par François Hollande sur les plus hauts revenus ne s'appliquera qu'à partir de deux millions d'euros annuels pour les couples, affirment jeudi le Figaro et les Echos en ligne [AFP] La taxe à 75% promise par François Hollande sur les plus hauts revenus ne s'appliquera qu'à partir de deux millions d'euros annuels pour les couples, affirment jeudi le Figaro et les Echos en ligne [AFP]

La taxe à 75% promise par François Hollande sur les plus hauts revenus ne s'appliquera qu'à partir de deux millions d'euros annuels pour les couples, affirmaient jeudi le Figaro et les Echos en ligne.

"Un célibataire serait taxé s'il gagne plus d'un million d'euros par an", conformément à la promesse présidentielle d'imposer à 75% la part des revenus excédant ce seuil, explique Le Figaro.

"Mais pour un couple ou une famille avec enfants, il faudra, selon nos informations, que les revenus du foyer fiscal dépassent deux millions d'euros pour que la taxe à 75% s'applique. En revanche, les enfants ne donneraient droit à aucun avantage", ajoute-t-il.

"En outre, la taxe à 75% ne s'appliquerait qu'aux revenus du travail" et pas du capital, ajoute le quotidien.

Michel Sapin, ministre du Travail a réagi vendredi aux annonces des deux journaux. Il a déclaré à Canal + que "nous faisons ce que nous disions pendant la campagne". Il a ajouté qu'il pourrait y avoir des différences en fonction de la situation de famille, et que la taxation des revenus exceptionnels des sportifs ou des artistes sera étalée. 

L'Elysée avait cependant précisé jeudi qu'"aucune décision" n'était prise.

Fin juillet, le ministre du Budget Jérôme Cahuzac avait déjà annoncé vouloir différencier entre les salaires dépassant un million d'euros par an et les revenus plus aléatoires des "artistes, écrivains, cinéastes ou chefs d'entreprise voulant par exemple vendre leur entreprise", et qui pourraient échapper à cet impôt.

"La prise de risque ne doit pas être dissuadée", avait-il affirmé, "il ne faut pas encadrer la création, il ne faut pas encadrer l'activité économique".

De leur côté, les Echos précisent que pour éviter une censure du Conseil constitutionnel, "la taxe à 75% s'entendra comme la somme de la taxe exceptionnelle, de la CSG (7,5%) et de la CRDS (0,5%)". "En d'autres termes, la nouvelle taxe sur les très hauts revenus ne serait +que+ de 67%", ajoutent-ils.

Le mesure pourrait ne durer que deux ans et toucher un millier de ménages. En juillet, M. Cahuzac avait déclaré que cet impôt ne durerait que "le temps du désendettement".

Les arbitrages fiscaux sont en cours à l'Elysée et à Matignon, en vue du projet de loi de finances qui doit être présenté fin septembre en Conseil des ministres.

A lire aussi : 

Les couacs du gouvernement

Vous aimerez aussi

Le patron de La République en marche, Christophe Castaner, à Paris le 15 mai 2018 [Eric FEFERBERG / AFP/Archives]
Impôts La taxe d'habitation sera-t-elle maintenue pour les résidences secondaires ?
Cryptomonnaie Fiscalité du Bitcoin : « l'impôt pourrait être plus élevé que la plus-value »
Fiscalité Impôts : quelle est la date limite pour déclarer ses revenus ?

Ailleurs sur le web

Derniers articles