Chypre : le plan de sauvetage connu d'ici un mois

Le ministre chypriote des Finances, Vassos Shiarly, le 15 septembre 2012 à Nicosie [ / Présidence UE/AFP/Archives] Le ministre chypriote des Finances, Vassos Shiarly, le 15 septembre 2012 à Nicosie [ / Présidence UE/AFP/Archives]

Chypre, en difficulté financière, espère parvenir "d'ici un mois" à un premier accord avec la troïka - UE, BCE et FMI - sur le sauvetage sollicité fin juin, a indiqué samedi son ministre des Finances, Vassos Shiarly.

"Nous nous attendons à un premier accord d'ici un mois", a-t-il affirmé, s'exprimant à Nicosie au terme d'une réunion des ministres des Finances de l'UE.

M. Shiarly a refusé de dévoiler le montant de cette aide, avant de nouvelles discussions lundi avec la troïka sur les conditions qui seront exigées.

Cette aide n'a jamais été chiffrée officiellement, mais selon l'agence de notation Standard and Poor's, elle pourrait atteindre 15 milliards d'euros sur trois ans. Selon des analystes, elle tournerait autour de 10 milliards d'euros.

Particularité: Chypre a sollicité l'aide de la zone euro et du FMI, mais aussi celle de la Russie, un pays avec lequel l'île a des liens économiques et culturels très étroits. Nicosie a déjà reçu fin 2011 un prêt à faible intérêt de 2,5 milliards d'euros de la Russie et espère désormais obtenir de Moscou un nouveau prêt de cinq milliards d'euros.

Moscou rendra sa décision "en temps voulu", a déclaré le ministre chypriote sans plus de précision.

La troïka a effectué deux visites à Chypre depuis que l'île a lancé un appel à l'aide en juin, car elle n'avait plus accès aux marchés financiers.

Selon la presse chypriote, la troïka demanderait au gouvernement de réduire les salaires des fonctionnaires de 15%, les prestations sociales de 10%, de diminuer l'aide au logement et les subventions indexées sur l'inflation, d'augmenter de nouveau la TVA et de privatiser les institutions semi-gouvernementales.

Chypre est le cinquième pays de la zone euro à solliciter une aide financière auprès des autorités européennes.

Vous aimerez aussi

Conflit social SNCF : «Ce n'est pas aux Français de payer cette dette-là», estime Damien Abas, député LR
Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, à la sortie du Conseil des ministres, le 11 avril 2018 [LUDOVIC MARIN / AFP/Archives]
Mouvement social Le gouvernement hausse le ton dans le conflit à Air France
Dette de la SNCF : un problème qui dure depuis sa création
rail Dette de la SNCF : un problème qui dure depuis sa création

Ailleurs sur le web

Derniers articles