Crise de l'euro: Westerwelle voit une "lumière au bout du tunnel"

Le chef de la diplomatie allemande Guido Westerwelle en conférence de presse le 14 septembre 2012 à Berlin [Robert Schlesinger / AFP/Archives] Le chef de la diplomatie allemande Guido Westerwelle en conférence de presse le 14 septembre 2012 à Berlin [Robert Schlesinger / AFP/Archives]

Le ministre allemand des Affaires étrangères, Guido Westerwelle, a estimé qu"'il y avait une lumière au bout du tunnel", dans la résolution de la crise de l'euro, dans un entretien paru mardi.

Et pour cette raison, il faut poursuivre les projets de réformes dans l'UE, a estimé le ministre dans cette interview au quotidien allemand Süddeutsche Zeitung partiellement rapportée au style indirect.

"Nous devons penser au-delà du jour même et maintenant mener un débat de façon engagée sur l'avenir (de l'Europe). Il importe d'améliorer l'Europe et de créer une nouvelle confiance en Europe", déclare-t-il.

M. Westerwelle participait lundi à une réunion d'un groupe de réflexion sur l'avenir de l'UE. Ce groupe, composé de ministres des Affaires étrangères de onze pays européens, s'apprête à présenter une série de recommandations au président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, et au président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, deux organes de pouvoir européen dont aucun n'est élu démocratiquement.

L'Allemagne, la Pologne, l'Autriche, la Belgique, le Danemark, la France, l'Italie, le Luxembourg, les Pays-Bas, le Portugal et l'Espagne participent à ce groupe de réflexion.

Vous aimerez aussi

Conflit social SNCF : «Ce n'est pas aux Français de payer cette dette-là», estime Damien Abas, député LR
Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, à la sortie du Conseil des ministres, le 11 avril 2018 [LUDOVIC MARIN / AFP/Archives]
Mouvement social Le gouvernement hausse le ton dans le conflit à Air France
Dette de la SNCF : un problème qui dure depuis sa création
rail Dette de la SNCF : un problème qui dure depuis sa création

Ailleurs sur le web

Derniers articles