Merkel et Hollande affichent leur amitié et... leurs divergences

Le président français François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel, à Ludwigsburg, le 22 septembre 2012, pour les célébrations du 50e anniversaire de l'amitié franco-allemande [Carsten Koall / AFP] Le président français François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel, à Ludwigsburg, le 22 septembre 2012, pour les célébrations du 50e anniversaire de l'amitié franco-allemande [Carsten Koall / AFP]

François Hollande a affirmé vendredi à Asperg, dans le sud-ouest de l'Allemagne, que "le plus tôt sera le mieux" pour mettre en oeuvre la supervision bancaire dans l'UE, mais Angela Merkel a rétorqué que cela prendra "le temps qu'il faudra".

"Je suis pour l'Union bancaire, c'est une étape très importante, nous devons la faire par stades successifs" mais "le plus tôt sera le mieux", a affirmé le président français, alors que la chancelière allemande insistait sur "la qualité" et souligné que cela prendra "le temps qu'il faudra".

La question c'est de savoir "comment faire pour prendre en compte le plus d'établissements possibles", a ajouté M. Hollande, lors d'une conférence de presse, à l'issue d'un déjeuner de travail avec Mme Merkel.

"Pour moi, l'important c'est la qualité. Cela ne sert à rien de faire quelque chose très vite qui ne fonctionne pas", a considéré pour sa part Mme Merkel.

"Il faut être sérieux, il faut de la qualité et ensuite on verra le temps que cela prendra (...) Nous allons demander à nos ministres des Finances de travailler aussi vite que possible", a-t-elle précisé.

Devant plusieurs journalistes, le ministre français de l'Economie et des Finances, Pierre Moscovici, a assuré avant la conférence de presse que les divergences entre les deux pays à ce sujet n'étaient pas "idéologiques".

Parvenir à un accord en octobre serait "formidable", a ajouté M. Moscovici.

François Hollande et Angela Merkel s'exprimaient en marge du 50e anniversaire du discours à la jeunesse allemande prononcé par le général de Gaulle dans la ville voisine de Ludwigsburg.

Vous aimerez aussi

La chancellière allemande Angela Merkel au sommet européen à Bruxelles, le 14 décembre 2012 [Thierry Charlier / AFP]
Sommet européen Pour Merkel, l'Europe ne doit pas se relâcher
Le Premier ministre espagnol Mariono Rajoy au sommet européen à Bruxelles, le 14 décembre 2012 [Georges Gobet / AFP]
Sommet européen Pour Rajoy, l'Espagne n'a "pas besoin aujourd'hui" d'un sauvetage
Union Européenne Les Européens bouclent l'année sur une note positive

Ailleurs sur le web

Derniers articles