Vers un report de la finalisation du projet de fusion EADS-BAE

Le patron d'EADS Tom Enders (c), le 26 septembre 2012 à Berlin [John Macdougall / AFP] Le patron d'EADS Tom Enders (c), le 26 septembre 2012 à Berlin [John Macdougall / AFP]

Les gouvernements européens semblaient se préparer jeudi à reporter leur accord sur le projet de fusion des groupes de défense et d'aéronautique EADS et BAE Systems au-delà du 10 octobre

Le groupe EADS a cependant insisté pour respecter ce délai, fixé automatiquement par la réglementation britannique, même si techniquement rien n'empêche de demander une prolongation et même plusieurs.

"Peut-être que nous aurons besoin de plus de temps (...) Je pense que nous aurons besoin de plus de temps", a déclaré le ministre allemand de la Défense, Thomas de Maizière.

"On s'avance vers une extension probable des délais", a confirmé à l'AFP une autre source proche du dossier. "Les Britanniques n'y voient pas d'inconvénient au niveau du droit boursier", a assuré cette source.

Ce projet de fusion doit recevoir l'aval des gouvernements allemand, britannique et français en raison des enjeux stratégiques.

Les ministres français, allemand et britannique de la Défense se sont pour la première fois rencontrés pour parler du projet, mercredi soir à Chypre en marge d'une réunion des ministres européens de la Défense.

EADS a indiqué de son côté vouloir tenir les délais. "Notre intention reste de fournir les clarifications nécessaires d'ici le 10 octobre (à la commission britannique des offres publiques d'achat) et nous comptons le faire", a déclaré à Paris un porte-parole du groupe.

Le respect de l'échéance "est absolument nécessaire", a insisté le PDG d'Airbus (EADS), Fabrice Brégier, dans un entretien aux Echos.

Selon un juriste, le code britannique sur les rachats et fusions permet que le délai du 10 octobre soit étendu, même à de multiples reprises.

"Les demandes d'extension sont fréquentes: de septembre 2011 à septembre 2012, sur les 57 offres d'achat qui ont été soumises à ce délai en Grande-Bretagne, 23 ont demandé et obtenu une extension et 19 ont réalisé une offre dans le délai initialement imposé", indique cet expert.

M. de Maizière a qualifié de "constructives" les discussions avec ses deux homologues, un adjectif également utilisé par un conseiller du ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian.

Mais "c'est une situation complexe. Il y a beaucoup de questions et conditions. Rien n'a été décidé encore", a ajouté M. de Maizière, précisant que les ministres "restaient en contact".

Le projet de rapprochement entre EADS -maison-mère du constructeur Airbus- et le britannique BAE -fabricant de chars, navires et porte-avions-, annoncé le 12 septembre, soulève de nombreuses questions à commencer par celle de la perte d'influence des Etats sur le groupe.

Les Etats allemand, français et espagnol contrôlent actuellement, directement ou indirectement, la majorité du capital d'EADS. Une fusion diluera automatiquement leur participation et dissoudra le pacte d'actionnaire qui accorde des droits particuliers à Paris et Berlin.

En revanche, l'Allemagne et la France recevraient une "action spéciale", comme celle que détient l'Etat britannique dans BAE Systems et conserverait dans la nouvelle société. Cette action lui permet de s'opposer à ce que quiconque acquière plus de 15% de la société sans son accord, explique-t-on de sources proches de l'opération.

La France n'a pas l'intention de céder ses parts du capital, ramenées mathématiquement à 9%, mais elle ne lui permettront pas d'intervenir dans la gestion du groupe ni de siéger au conseil d'administration, expliquent les mêmes sources.

Selon le Financial Times Deutschland, le gouvernement français souhaiterait contrôler une minorité de blocage conjointement avec l'Allemagne au sein du nouveau groupe.

D'autre part, le groupe automobile allemand Daimler, qui détient 15% des parts d'EADS, critique la répartition retenue pour la fusion: 60% pour EADS et 40% pour le Britannique. Le patron d'EADS, Tom Enders, a cependant qualifié mercredi ce rapport de "très équitable" et ne compte pas le modifier.

La question du maintien des emplois dans les différents pays est également cruciale. A Berlin, on redoute surtout que le rapprochement avec BAE ne se traduise par une restructuration de Cassidian, le pôle défense d'EADS principalement basé en Allemagne. Un enjeu de taille à un an des législatives.

Vous aimerez aussi

Conflit social L'intersyndicale d'Air France annonce de nouvelles grèves «début mai»
Le siège d'Airbus à Blagnac, dans la banlieue de Toulouse, le 6 mars 2018 [REMY GABALDA / AFP]
Aéronautique Airbus : baisse de cadences et conséquences sociales à prévoir
Crise Air France : nouvel appel à la grève pour les salaires le 23 mars

Ailleurs sur le web

Derniers articles