Glencore et Xstrata d'accord pour leur fusion

Logo du géant suisse des matières premières Xstrata [Fabrice Coffrini / AFP/Archives] Logo du géant suisse des matières premières Xstrata [Fabrice Coffrini / AFP/Archives]

Les deux géants suisses des matières premières Glencore et Xstrata ont balayé lundi les derniers différends qui bloquaient leur mariage, ouvrant la voie à la création d'ici la fin de l'année d'un mastodonte pesant 66 milliards d'euros et capable de rivaliser avec les autres géants du secteur.

Au terme d'un suspense qui aura duré trois semaines, Xstrata et Glencore, tous les deux domiciliés dans le paradis fiscal de Zoug dans le centre de la Suisse, ont finalisé les termes de leur fusion repoussée depuis de longs mois.

Le point principal de l'opération --le ratio d'échange, relevé début septembre à 3,05 nouveaux titres Glencore pour chaque action Xstrata contre 2,8 auparavant-- a été sans surprise maintenu. Le ratio d'échange représente une prime de 17,6% par rapport au prix de clôture du 1er février.

Mais deux sujets majeurs de dissension, qui ont jusqu'à présent bloqué la fusion, ont été levés avec l'accord publié lundi.

L'actuel directeur général de Xstrata, Mick Davis, va prendre comme convenu la direction du nouveau groupe combiné pour une durée de six mois. Après son départ, il sera remplacé par Ivan Glasenberg, le patron de Glencore. Pour préserver la majorité de Xstrata dans le nouveau conseil d'administration, un responsable de Xstrata occupera le siège laissé vacant par M. Davis.

"Xstrata continuera donc à contrôler le conseil d'administration (du groupe fusionné) avec six responsables", contre cinq pour Glencore, ont souligné les analystes de Jefferies.

Seconde pierre d'achoppement, les primes de 173 millions de livres (216,9 millions d'euros) versées à 73 responsables de Xstrata dans le cadre de cette fusion. Le montant des bonus avait suscité le courroux de certains actionnaires, alors que d'autres estimaient ces rémunérations nécessaires pour garder les meilleurs éléments de Xstrata.

Selon les termes du nouvel accord, Mick Davis, qui devait initialement recevoir 28,5 millions de livres, sera dorénavant exclu de ces bonus. Plus important, le feu vert des actionnaires à ces bonus ne sera plus la condition sine qua non à la réalisation du mariage.

"Sans la possibilité de retenir les responsables clés de Xstrata", la fusion entre les deux groupes "est compromise", a insisté son président John Bond.

Afin de tenir compte des différentes opinions sur les bonus, les deux groupes ont décidé "de découpler la résolution destinée à approuver la fusion de la résolution visant à approuver" les bonus, a-t-il ajouté.

Alors que Xstrata et Glencore ont recommandé la fusion, la réponse de Qatar Holding, le second plus grand actionnaire de Xstrata avec une participation de plus de 12%, se fait attendre.

Dans l'immédiat, il n'a pas été possible d'obtenir un commentaire du fonds souverain, contrôlé par le riche émirat gazier du Golfe. Ce dernier avait récemment indiqué qu'il n'avait "pour l'instant pas décidé s'il allait accepter ou non la proposition révisée".

M. Bond a cependant indiqué avoir consulté "les principaux actionnaires et pris en compte leur point de vue", une précision qui suggère, selon les analystes de la Société Générale, que "Qatar (Holding) soutient l'opération".

Après l'introduction en Bourse en mai 2011 de Glencore, la fusion avec son homologue de Zoug constitue la prochaine grande étape dans la montée en puissance des deux groupes.

L'opération doit être clôturée d'ici la fin de l'année, mais les dates des assemblées générales extraordinaires, destinées à approuver ce mariage de géants, n'ont pas été communiquées.

"Une fusion va combiner les forces respectives des deux sociétés en un seul groupe (...) de matières premières", a précisé M. Davis.

Pour le président de Glencore, Simon Murray, cette fusion va créer "un acteur plus grand (et) plus diversifié doté d'excellentes perspectives de croissance".

A la Bourse de Londres, où les deux sociétés sont cotées, Xstrata prenait 3,04% à 986,6 pence, tandis que Glencore progressait de 0,70% à 345,5 pence dans un marché en hausse de 1,01% à 09h30 GMT.

Vous aimerez aussi

Photo fournie le 11 février 2013 par le ministère russe des situations d'urgence de la mine Vorkoutinskaïa dans le Grand Nord russe où s'est produite une explosion
Accident Accident dans une mine en Russie : le bilan s'élève à 18 morts
Un champ de blé dans le sud de la France avant la moisson [Jean Pierre Muller / AFP/Archives]
Finance Banques françaises : une ONG dénonce la spéculation sur les matières premières
La mine de platine d'Anglo American à Rustenburg en Afrique du Sud, le 16 janvier 2013 [Stephane de Sakutin / AFP/Archives]
Mines Nouveau déboire pour le minier Anglo American au Brésil

Ailleurs sur le web

Derniers articles