Les phoques de la Mer Caspienne menacés d'extinction

Le ministère de l'Agriculture du Kazakhstan et des écologistes de ce pays d'Asie centrale se sont alarmés mardi du fort déclin de la population de phoques dans la mer Caspienne après la découverte de 35 mammifères morts.[DPA/AFP/Archives]

Le ministère de l'Agriculture du Kazakhstan et des écologistes de ce pays d'Asie centrale se sont alarmés mardi du fort déclin de la population de phoques dans la mer Caspienne après la découverte de 35 mammifères morts.

"Au cours d'une inspection le 25 mars, 35 phoques ont été retrouvés morts sur le rivage" près de Baoutino, une ville portuaire dans le sud-ouest du Kazakhstan, a indiqué le ministère dans un communiqué.

"La population (de phoques) dans la mer Caspienne a récemment chuté. Cette baisse est due à des facteurs humains et des changements des conditions environnementales de l'habitat des phoques dans la Caspienne", a-t-il ajouté.

Les phoques de la Caspienne sont une espèce en danger, dont la population a chuté de plus de 90% depuis 1930, passant de un million à environ 110.000, selon l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

La population de ces mammifères est vulnérable en raison de la destruction de l'habitat dans cette mer fermée à l'écosystème fragile.

L'hiver, les phoques migrent vers le Nord de la Caspienne pour mettre bas sur la glace peu épaisse de la mer, où ils sont menacés par des braconniers et des pêcheurs, ainsi que le développement des activités de forage pétrolier.

"Il y a une forte tendance à la baisse de cette population", constate également Alexeï Knijnikov, de l'antenne russe du Fonds mondial pour la nature (WWF).

"Cela se produit à chaque printemps, lorsque les animaux faibles meurent. Des dizaines et même des centaines sont morts ainsi au cours des dernières décennies", ajoute-t-il.

L'espèce est menacée par différentes activités humaines, notamment les activités de forage pétrolier dans le Nord de la Caspienne, en particulier dans le champ pétrolier géant de Kashagan, selon la même source.

"Le développement inclut la construction d'îles artificielles dans la région où les mammifères mettent bas", souligne M. Knijnikov.

Vous aimerez aussi

écriture Le Kazakhstan modifie son alphabet pour la seconde fois en un an
Environnement La Russie signale une radioactivité 986 fois supérieure à la norme après un accident
contamination Pollution radioactive en France : la source proviendrait de la Russie ou du Kazakhstan

Ailleurs sur le web

Derniers articles