Des restrictions d'eau dans l'Hérault

La préfecture de l'Hérault a annoncé vendredi des premières mesures de restriction de l'usage de l'eau en raison "d'un déficit pluviométrique de 90% par rapport à la normale sur la période 1971-2000", avec des cours d'eau "aux débits proches de ceux observés en juin et juillet".[AFP/Archives]

La préfecture de l'Hérault a annoncé vendredi des premières mesures de restriction de l'usage de l'eau en raison "d'un déficit pluviométrique de 90% par rapport à la normale sur la période 1971-2000", avec des cours d'eau "aux débits proches de ceux observés en juin et juillet".

Dans un communiqué, la préfecture, qui constate "un taux de remplissage des principales réserves d'eau de l'ordre de 80%", interdit à titre permanent l'arrosage des pelouses, des espaces verts publics et privés et des jardins d'agrément, et, entre 10h00 et 18h00, des jardins potagers, terrains de sports et golfs.

La préfecture exige également la fermeture des fontaines en circuit ouvert et interdit le lavage des véhicules publics ou privés en dehors des stations professionnelles ainsi que les manoeuvres d’ouvrage (vannage, clapet mobile, déversoir) et les travaux d'entretien entraînant un dépassement des normes de rejet.

Un nouveau point de situation sera effectué en avril par la cellule sécheresse, a précisé la préfecture qui a qualifié la situation de "critique".

Déjà marquée par un printemps historiquement sec en 2011, la France manque de nouveau d'eau en raison de pluies largement déficitaires cet hiver et les sols affichent un taux d'humidité comparable à une fin avril voire, dans le sud du pays, à un mois de mai habituel.

Vous aimerez aussi

Le niveau en eau très bas du réservoir d'Entrepenas, près de Sacedon, le 24 novembre 2017 en Espagne [PIERRE-PHILIPPE MARCOU / AFP/Archives]
sécheresse Près de 6 milliards de personnes pourraient manquer d'eau dès 2050
Bassin d'évaporation au sud de la mer morte observé par un touriste en Israël, le 3 janvier 2018 [MENAHEM KAHANA / AFP/Archives]
Eau Puiser dans la mer Rouge pour faire revivre la mer Morte
Carapace d'une tortue sur le sol asséché du barrage de Cedro, plus ancien du Brésil, dans la ville de Quixadá (État de Ceara), le 8 février 2017 [EVARISTO SA / AFP/Archives]
sécheresse La crise mondiale de l'eau en débat à Brasilia

Ailleurs sur le web

Derniers articles