Total met en place une cellule de crise

La plateforme Total touchée par une fuite de gaz La plateforme d'Elgin-Franklin, qui se situe à environ 240 kilomètres au large de la ville écossaise d'Aberdeen. [TOTAL E&P UK / AFP]

A Aberdeen, base arrière des compagnies pétrolières de la mer du Nord, Total a mis en place une cellule de crise pour s'employer à stopper la fuite de gaz sur sa plateforme d'Elgin, où la situation reste à haut risque.

Non loin des bâtiments austères abritant les opérations de Total, des panneaux marquent l'entrée de la ville par le slogan "Capitale pétrolière de l'Europe". Et de fait, la cité de granite, dominée par un gris triste, constitue le principal port d'attache des navires et hélicoptères qui desservent les plateformes d'hydrocarbures en mer du Nord.

C'est ici, dimanche dernier, que les responsables de Total ont pris la décision d'évacuer les quelque 200 employés de la plate-forme d'Elgin, à 240 km au large, après la découverte sur place d'une importante fuite de gaz.

"Nous avons ici une équipe comprenant des ingénieurs mobilisable pour les situations d'urgence. Il n'y a pas d'improvisation" face à ce type de crise, a assuré samedi à l'AFP Andrew Hogg, brandissant un volumineux classeur des procédures du groupe.

Dans la semaine, "plusieurs dizaines" d'experts de Total, dont des ingénieurs basés aux Etats-Unis et certains avec une expérience de la mer du Nord, ont rejoint la cellule de crise mise en place pour résoudre une situation qui restait critique samedi. "Il y a toujours une fuite de gaz, et donc clairement, toujours un risque d'explosion" même si l'extinction de la torchère sur la plate-forme, confirmé samedi, a fait disparaître un facteur d'inquiétude, a reconnu M. Hogg. "Nous lançons le forage de puits de dérivation" pour tenter de colmater la fuite, a déclaré samedi le patron de Total, Christophe de Margerie. A Aberdeen, on confirme, mais avec prudence.

Brian O'Neill, un porte-parole sur place, a ainsi précisé à l'AFP qu'il fallait compter "sept à dix jours avant d'être en position pour commencer le forage".

"On n'entamera aucune intervention avant de s'être assurés de pouvoir opérer en toute sécurité", a renchéri M. Hogg, soulignant que quatre navires anti-incendies stationnent à la limite de la zone d'exclusion autour d'Elgin. A Aberdeen comme à Paris, Total dément avoir manqué de transparence depuis le début de la crise, un reproche adressé par l'organisation environnementale Greenpeace, qui a annoncé samedi envoyer un navire sur place, mais aussi par les autorités écossaises.

"Nous avons travaillé en complète concertation avec les autorités (...) Cela prend du temps d'obtenir les bonnes informations... et une fois qu'on les a, c'est notre devoir de les transmettre au public", confie M. Hogg. Il précise que Total ne fera rien pour "empêcher la venue de Greenpeace".

Le responsable se félicite en outre de l'amélioration de la couverture médiatique après la première conférence de presse du groupe, organisée vendredi, cinq jours après le début de l'incident.

Après avoir reconnu à cette occasion que les premiers problèmes sur le puits affecté par la fuite avaient été décelés dès le 25 février, Total a refusé samedi de répondre aux critiques sur une éventuelle sous-évaluation du risque.

"On n'est pas dans le temps de la polémique", a réagi un porte-parole à Paris. A Aberdeen, on estime que le problème du 25 février, "une pression anormalement élevée" dans le puits, avait entraîné "une réaction immédiate" pour mettre en place des solutions sur place.

Vous aimerez aussi

Une femme tient une pancarte pendant un rassemblement  au sujet d'une fuite de gaz massive, à Granada Hills, près de Porter Ranch, en Californie, le 16 janvier 2016 [DAVID MCNEW / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives]
Gaz La fuite de gaz massive en Californie "temporairement sous contrôle"
Un des quartiers de Porter Ranch (Californie) où de nombreux habitants ont quitté leur maison après une fuite massive de gaz naturel, dans la vallée de San Fernando, près de Los Angeles, le 22 décembre 2015. [David MCNEW / AFP]
Etats-Unis Etats-Unis : des milliers de Californiens relogés après une fuite de gaz
Des pompiers de New York sur les lieux de l'explosion de deux immeubles sur Park Avenue le 12 mars 2014 [Stan Honda / AFP]
Etats-Unis Effondrement de deux immeubles à New York : 7 morts

Ailleurs sur le web

Derniers articles