Les villes s'attaquent au bruit, en ordre dispersé

Murs ou monticules écrans, revêtements de sol pour rendre le trafic moins bruyant, murets végétalisés, engins de nettoyage quasi silencieux : les villes tentent, en ordre dispersé, de réduire le bruit, première nuisance pour la qualité de vie des habitants.[AFP/Archives]

Murs ou monticules écrans, revêtements de sol pour rendre le trafic moins bruyant, murets végétalisés, engins de nettoyage quasi silencieux : les villes tentent, en ordre dispersé, de réduire le bruit, première nuisance pour la qualité de vie des habitants.

Une directive européenne demande aux grandes agglomérations de réaliser, au plus tard d'ici 2013, des cartes de bruit et des plans de prévention. C'est "plus qu'une obligation, une opportunité", estime le Centre d'information et de documentation sur le bruit (CIDB), qui y voit "de véritables outils d'aide à la décision permettant de planifier des actions de prévention et de réduction du bruit ciblées".

"Beaucoup de villes font des efforts, mais en ordre dispersé", relève Dominique Bidou, président du CIDB, qui vient de lancer le club "Decibel villes" pour favoriser les échanges sur ce thème.

Pour réaliser l'éco-quartier de la Courrouze, à Rennes, cerné d'infractructures routières et ferroviaires, un acousticien, Yves Hernot, a veillé à l'implantation et à la hauteur du bâti. En bordure de rocade et de voies ferrées, un écran a été formé par un "silo à voitures", des bâtiments aux ouvertures minimes, qui servent de parkings.

Dans le prolongement des silos, on a aussi créé des "merlons" de 12 m de haut en stockant des terres polluées, couvertes de 2 m de déblais sains et d'1m de terre végétale : une colline où poussent herbe et fleurs, qui "ferme l'espace" et forme elle aussi un écran anti-bruit.

On aurait pu aussi modifier le revêtement de la rocade et la vitesse des véhicules, pour limiter les bruits routiers, ou couvrir la rocade, fût-ce partiellement, ce qui "casse le bruit", note Yves Hernot.

A Fresnes, en bordure de l'autoroute A6, un nouveau quartier est en préparation. Pour faire rempart au bruit, impossible de mettre un mur-écran, qui serait trop haut. Ce sont donc des bâtiments-écran de bonne hauteur qui bloqueront la pollution acoustique. Y seront hébergés des étudiants, avec ouverture vers l'intérieur du quartier. Les seules ouvertures côté autoroute concerneront des espaces communs ou des espaces de circulation.

A Lyon, on a testé un muret couvert de 1.200 végétaux dans une rue passante, qui réduit de 4 points sur 10 les bruits ambiants.

Paris vient de se doter de neuf balayeuses de trottoirs électriques, qui sont à la fois silencieuses, propres et économes, pour commencer à remplacer les aspiratrices thermiques. Côté bruit, elles émettent 93 décibels, soit trois fois moins pour l'oreille humaine que l'aspiratrice classique.

"On nous demande de plus en plus de nous faire plus discret", souligne François Dagnaud, adjoint au maire chargé de la propreté, qui précise avoir "travaillé sur la prise en compte de la question bruit" sur l'ensemble des bennes de la ville.

A Toulouse, un "office de la tranquillité" a été mis en place pour répondre au "problème numéro un" des Toulousains, selon son directeur, à savoir le bruit des voisins, bruit de la vie nocturne, bruit des chantiers. En deux ans, 400.000 personnes y ont fait appel.

Le chantier est immense. A Grenoble, par exemple, "quand une piste cyclable passe le long d'une ligne de tram, le cycliste reçoit 80 à 90 décibels dans les oreilles. Ce serait simple de les protéger", dit Jérôme Defrance, du Centre scientifique et technique du bâtiment. "Mais il n'y a pas de réglementation là-dessus".

Vous aimerez aussi

Angleterre Incarcérée pour avoir écouté en boucle une chanson d’Ed Sheeran
Nuisances sonores
Sondage Le voisinage et la circulation en tête des bruits qui dérangent les Français
Boite de nuit Paris veut créer une brigade contre les tapages nocturnes

Ailleurs sur le web

Derniers articles