L'Allemagne aura du mal à atteindre ses objectifs pour la voiture électrique

La chancelière allemande Angela Merkel le 1er octobre 2012 à Berlin [Maurizio Gambarini / DPA/AFP] La chancelière allemande Angela Merkel le 1er octobre 2012 à Berlin [Maurizio Gambarini / DPA/AFP]

La chancelière allemande Angela Merkel a reconnu lundi que l'Allemagne aurait du mal à atteindre son objectif d'un million de voitures électriques sur ses routes d'ici 2020, mais a néanmoins appelé à ne pas abandonner tout de suite ce calendrier.

"L'objectif d'un million de voitures électriques sur les routes en 2020 ne sera pas très facile à atteindre", a déclaré la chancelière lors d'une conférence de presse avec les représentants de la "Plateforme pour la mobilité électrique", chargée d'évaluer et de coordonner la stratégie allemande dans ce domaine.

Mme Merkel a néanmoins ajouté : "Nous sommes d'accord sur le fait que ce serait une erreur d'abandonner maintenant cet objectif, car il nous reste encore huit années de travail".

"Le thème de l'électromobilité est un thème complexe" et requiert la coopération des constructeurs automobiles, des fabricants de batteries, des sous-traitants et des autres acteurs de la filière, a souligné la chancelière.

L'Allemagne risque de ne voir sur ses routes qu'un "demi-million environ" de voitures électriques en 2020 au lieu du million prévu, si davantage d'incitations ne sont pas mises en place, avait déjà concédé en juin le coordinateur de la plateforme, Henning Kagermann.

Le plan allemand prévoit jusqu'en 2014 une phase de "préparation du marché", qui passe notamment par la promotion de la voiture électrique dans quatre régions pilotes et une production de masse à partir de 2017.

Les constructeurs automobiles ont promis le lancement de 15 modèles de véhicules électriques, tandis que l'industrie allemande dans son ensemble doit investir jusqu'à 17 milliards d'euros au total d'ici 2014, selon les chiffres de la fédération allemande de l'industrie automobile (VDA).

Le gouvernement soutient ce projet via des incitations fiscales, en particulier une dispense de vignette et des avantages pour les voitures de fonction électriques.

"La concurrence internationale s'intensifie. La France, la Chine, le Japon et les Etats-Unis avancent vite aussi", a mis en garde lundi dans un communiqué Matthias Wissmann, le président de la VDA.

Alors que certains constructeurs allemands réclament l'instauration d'une prime à l'achat pour dynamiser les ventes de voitures électriques, le ministre allemand des Transports Peter Ramsauer a rejeté cette éventualité.

"Avec moi, il n'y aura pas de telles primes en Allemagne", a-t-il dit lundi au quotidien Bild. "Là où elles ont été introduites, comme aux Etats-Unis ou en France, elles n'ont rien apporté", a-t-il estimé.

Vous aimerez aussi

Automobile Les prix de l'essence et du diesel vont continuer de grimper
Un membre de la sécurité du parti anti-immigration AfD  au congrès du parti à Hanovre le 2 décembre 2017 [Julian Stratenschulte / DPA/AFP/Archives]
Politique En Allemagne, l'extrême droite courtise les salariés de l'automobile
Contrôle technique : attention aux nouveautés
Automobile Contrôle technique : attention aux nouveautés

Ailleurs sur le web

Derniers articles