La tour où Sohane a été brûlée vive a été détruite

La dernière tour de la cité Balzac de Vitry-sur-Seine a été abattue mercredi, symbole du radical changement de visage d'un quartier à la mauvaise réputation. La dernière tour de la cité Balzac de Vitry-sur-Seine a été abattue mercredi, symbole du radical changement de visage d'un quartier à la mauvaise réputation.[ERIC FEFERBERG / AFP]

C'est dans l'un de ses locaux poubelles que Sohane a été brûlée vive il y a dix ans. La dernière tour de la cité Balzac de Vitry-sur-Seine a été abattue mercredi, symbole du radical changement de visage d'un quartier à la mauvaise réputation.

Autour de 13H00, une corne de brume a donné le coup d'envoi de la démolition. A ce signal, des vérins hydrauliques ont mis la pression sur les murs porteurs des 14 étages de la tour "GHJ" et la bâtisse, vieille de 50 ans, qui se sont écroulés comme un château de cartes.

Les 168 logements ont été vidés depuis plusieurs mois, le temps de désamianter et dépecer la bâtisse de ses tuyaux et fenêtres. Dans la structure grise de béton, Martine Henry, 53 ans, reconnaît encore son appartement au 7e étage "grâce au papier peint".

Cette intérimaire a emménagé dans la tour à 18 ans. La cité du Val-de-Marne, l'un des premiers grands ensembles de logements sociaux en banlieue parisienne, offre alors des appartements vastes et "bien conçus".

Mais ces trois tours cernées de longues barres en faisait un espace enclavé, où se développent au fil des années les trafics alors que la mixité sociale se réduit dans les HLM. "Ma mère avait peur de rentrer chez moi, mes amis n'osaient pas se garer. Balzac, c'était mal réputé", résume Martine Henry.

Le 4 octobre 2002, sa mère voit "une fille sortir en torche" de sa cage d'escalier : Sohane Benziane, 17 ans, est brûlée vive par un homme de 23 ans.

Depuis, le quartier a radicalement changé. Avant la "GHJ", les tours "ABC" puis "DEF" sont tombées en 2007 et 2009. L'une des barres interminables a été à moitié détruite, une autre percée. Au total, plus de 600 logements sociaux ont été détruits, soit la moitié des HLM de Balzac. Le double a été construit sur la commune.

 

"Balzac n'est plus Balzac"

A la place des tours, un square occupe désormais le coeur de la cité, où Martine Henry s'escrime sur des mots croisés. Autour d'elle, les bulldozers s'activent.

De petits immeubles aux balcons colorés sont prêts à être loués, mais au prix du marché. Derrière des échafaudages, se devinent les briques d'un futur immeuble HLM qui disposera d'un jardin partagé sur le toit. D'autres appartements seront destinés à la vente.

Martine Henry s'est installée dans un immeuble voisin de quatre étages : "On a l'impression de moins étouffer. Mais est-ce que les gens seront tentés d'habiter dans le quartier ?"

Des deux-roues qui disparaissaient dans les caves, des trafics de drogue... "Il y a 20 ans, c'était la guerre. Maintenant il y a quelques point chauds mais c'est devenu un quartier normal, il n'y a pas de violences urbaines. Balzac n'est plus Balzac !", ironise un responsable policier.

"C'est un quartier qui évolue gentiment vers un quartier normal de la ville, même plus attractif, proche du RER C, bientôt du tram et du métro du Grand Paris", confirme Jean-Pierre Moineau, adjoint au maire communiste de Vitry et président de l'Office public de l'habitat. "Cela ne résout pas les problèmes des gens, le chômage, le malaise social qui reste présent, mais crée des conditions plus sereines", ajoute-t-il.

Validée en 2006, la transformation de Balzac aura coûté au total 280 millions d'euros.

A la boulangerie du quartier, Alain Gessat, 60 ans dont cinquante et un dans une tour de la cité, semble nostalgique. "Il y a moins de délinquance mais il y a moins de lien".

"C'est une opération réussie", tranche Michel Leprête, président de la société d'économie mixte en charge de l'aménagement. "L'image de Balzac a changé. On y revient, on veut y aller. Il y a cinq ans je n'aurais pas eu 13 promoteurs qui se battent pour construire dans le quartier".

Vous aimerez aussi

L'institut Seasteading prévoit d'inaugurer une première île d'ici à 2020 dans l'océan Pacifique (illustration).
Innovation Bientôt un Etat sur l'eau réservé aux ultra-riches ?
Emmanuel Macron à la rencontre des acteurs de la ville, à Tourcoing, le 14 novembre 2017.
Politique Villes : «Personne ne perdra le moindre crédit en 2018», annonce Emmanuel Macron
Ville Saint-Étienne devient une métropole

Ailleurs sur le web

Derniers articles