La police britannique au domicile des victimes

La police britannique perquisitionnait jeudi le domicile de la famille des victimes de la tuerie de Haute-Savoie, une maison à colombage d'un quartier résidentiel et arboré de Claygate, à une trentaine de kilomètres au sud de Londres [AFP] La police britannique perquisitionnait jeudi le domicile de la famille des victimes de la tuerie de Haute-Savoie, une maison à colombage d'un quartier résidentiel et arboré de Claygate, à une trentaine de kilomètres au sud de Londres [AFP]

La police britannique perquisitionnait jeudi le domicile de la famille des victimes de la tuerie de Haute-Savoie, une maison à colombage d'un quartier résidentiel et arboré de Claygate, à une trentaine de kilomètres au sud de Londres, a constaté l'AFP.

Une femme policier en civil se tenait à l'extérieur de la maison, empêchant les journalistes d'entrer dans la propriété de ce village rattaché à la commune d'Esher.

"La police du Surrey aide les autorités françaises et est en contact avec le ministère britannique des Affaires étrangères à la suite de la mort de quatre personnes près d'Annecy", a par ailleurs indiqué la police régionale dans un communiqué.

"Fusillade terrible et tragique en France", a réagi sur Twitter le ministre britannique des Affaires étrangères William Hague. "L'équipe de l'ambassade britannique est sur place. Nos pensées vont aux jeunes filles qui ont survécu et à la famille", a-t-il ajouté.

A Claygate, le facteur Gary Standford, a indiqué que le propriétaire "habitait dans la maison depuis environ trois ans". "Il avait l'air d'un homme agréable", a-t-il commenté.

Selon son profil professionnel sur internet, Saad al-Hilli était un consultant dans le domaine de l'aéronautique.

Non loin de sa résidence, à une adresse correspondant au siège de son entreprise de conception de systèmes informatiques, Shtech, un homme se présentant comme son comptable, Julian Stedman, a exprimé auprès de l'AFP sa consternation.

"Je n'aurais jamais pensé qu'il pouvait s'agir de lui. C'est un choc total", a déclaré cet homme, qui avait entendu parler de la tuerie de Haute-Savoie mais n'avait pas fait le lien avec Saad al-Hilli. A la question de savoir s'il connaissait des ennemis à Saad al-Hilli, il a dit: "aucun à ma connaissance".

Confirmant que la famille était en vacances à la fin août dans les Alpes françaises, il a déclaré n'avoir pas eu de nouvelles d'eux depuis.

L'école primaire locale a confirmé de son côté avoir une élève du nom de Zainab al-Hilli, âgée de 7 ans. Son âge correspond à celui de la fillette retrouvée sur les lieux du drame, qui a été hospitalisée mercredi, grièvement blessée.

 

Et sur DirectMatin.fr :

Tuerie de Chevaline : un début d'enquête complexe

Pourquoi autant de temps entre le drame et la découverte de l'enfant

La presse britannique se passionne pour la tuerie de Chevaline

 

Vous aimerez aussi

Justice Les meurtres non résolus les plus mystérieux (6/8) : la tuerie de Chevaline
Enquête Tuerie de Chevaline : Nordahl Lelandais pourrait être impliqué
Haute-Savoie Un passionné d’armes interpellé près de Chevaline

Ailleurs sur le web

Derniers articles