Batho confirme que Fessenheim sera fermé

La ministre de l'Ecologie et de l'Energie Delphine Batho a réaffirmé vendredi la volonté du gouvernement de fermer la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin), selon un calendrier qui sera discuté lors du débat sur la transition énergétique à partir de cet automne. [AFP] La ministre de l'Ecologie et de l'Energie Delphine Batho a réaffirmé vendredi la volonté du gouvernement de fermer la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin), selon un calendrier qui sera discuté lors du débat sur la transition énergétique à partir de cet automne. [AFP]

La ministre de l'Ecologie et de l'Energie Delphine Batho a réaffirmé vendredi la volonté du gouvernement de fermer la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin), selon un calendrier qui sera discuté lors du débat sur la transition énergétique à partir de cet automne.

"L'engagement du président sera tenu, Fessenheim fermera le plus tôt possible, dans des conditions techniquement et socialement responsables qui permettent de garantir la sécurité électrique, la reconversion du site et la préservation des emplois", a déclaré la ministre sur France Info.

"Le calendrier précis sera discuté lors du débat sur la transition énergétique", qui doit démarrer cet automne et durer plusieurs mois, a ajouté Delphine Batho.

Un incident non nucléaire ayant fait deux blessés légers mercredi à Fessenheim a ravivé la voix des opposants à l'atome qui ont demandé que cette centrale, la plus vieille de France, ferme rapidement.

"L'engagement pris par François Hollande est de fermer Fessenheim dans le quinquennat, d'achever l'EPR de Flamanville et de faire de Fessenheim une sorte de site pilote par rapport aux enjeux de l'industrie du démantèlement", a rappelé la ministre de l'Ecologie.

"Dans le monde, un certain nombre de centrales fermeront dans les prochaines années, il y a là un enjeu industriel pour la France", a souligné Delphine Batho.

Si "l'orientation" du gouvernement est de "réduire la part du nucléaire dans la production d'électricité", "nous continuerons d'avoir besoin d'une part du nucléaire à l'avenir", a conclu la ministre.

 

Et sur DirectMatin.fr :

Pour Lauvergeon, le nucléaire a un "brillant avenir"

Vous aimerez aussi

Meuse Bure : plus de 1.000 militants antinucléaires manifestent, des vitrines cassées
Les dirigeants américain et nord-coréen se rencontrent pour la première fois mardi 12 juin.
Corée du Nord 5 choses à savoir sur le sommet Donald Trump - Kim Jong-un
L'EPR de Flamanville, le 2 février 2018 [CHARLY TRIBALLEAU / AFP/Archives]
Nucléaire Vers un nouveau retard de l'EPR de Flamanville et un sursis pour Fessenheim

Ailleurs sur le web

Derniers articles