Un projet de loi antiterroriste examiné fin septembre

Des soldats patrouillent sous la tour Eiffel à Paris dans le cadre du plan Vigipirate [Miguel Medina / AFP/Archives] Des soldats patrouillent sous la tour Eiffel à Paris dans le cadre du plan Vigipirate [Miguel Medina / AFP/Archives]

Le conseil des ministres examinera "à la fin du mois de septembre (...) un projet de loi visant à lutter contre le terrorisme", a annoncé dimanche soir le ministère de l'Intérieur.

Ce texte vise notamment à permettre de juger en France les Français "qui se livrent à des actes de terrorisme à l'étranger ou qui vont à l'étranger, notamment en zone afghano-pakistanaise, pour se former au terrorisme dans des camps d'entraînement dans le but de revenir en France", a expliqué à l'AFP une source proche du dossier.

Même si l'incrimination d'association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste offre une grande latitude de poursuites, certains "passaient entre les mailles du filet", explique-t-on.

Cette disposition s'inscrit dans la même logique que celle qui permet de poursuivre et juger en France des ressortissants français ayant commis des actes de pédophilie hors des frontières.

L'autre grand aspect du texte concerne la surveillance dans un cadre administratif des données de connexion (internet, géolocalisation, factures détaillées de téléphone).

Depuis 2005, cette surveillance peut s'exercer dans un cadre administratif, dans un but préventif. Mais cette disposition, régulièrement renouvelée, était temporaire et expirait au 31 décembre prochain, a-t-on expliqué.

Le texte est "préparé depuis le début de l'été en parfaite collaboration" entre les ministères de l'Intérieur et de la Justice, avec un groupe de travail dans lequel siégeaient notamment des policiers et des magistrats antiterroristes.

Cette annonce intervient six mois après les tueries commises par Mohamed Merah, qui s'était rendu en Afghanistan et au Pakistan, où, avait-il affirmé, il a suivi des entraînements au jihad. Il était connu des services de renseignement et avait fait l'objet d'une surveillance.

Manuel Valls a jugé qu'il y avait eu des "dysfonctionnements" dans la surveillance de Merah et a demandé un rapport qui doit lui être rendu à la fin du mois. Son objectif est "d'améliorer le renseignement sur les groupes radicaux proches des jihadistes", selon l'entourage du ministre.

Vous aimerez aussi

Italie Tout savoir sur Giuseppe Conte, pressenti pour diriger le gouvernement italien
Prestations sociales : le coup de rabot ?
Gouvernement Prestations sociales : le coup de rabot ?
Politique Le gouvernement pourrait réduire les aides à l'emploi si le chômage baisse

Ailleurs sur le web

Derniers articles