Une majorité de Français opposés aux "salles de shoot"

Une seringue et une cuillère remplie de poudre blanche. [Martin Bureau / AFP/Archives] Une seringue et une cuillère remplie de poudre blanche. [Martin Bureau / AFP/Archives]

Une majorité de Français (55%) se déclarent opposés à l'ouverture de lieux légaux de consommation de drogue, que le gouvernement se dit prêt à expérimenter, selon un sondage Ifop pour le magazine Valeurs actuelles à paraître jeudi.

A la question de savoir si les Français seraient prêts à accepter la mise en place de lieux où les toxicomanes pourraient venir librement avec leur drogue pour la consommer sous contrôle médical et sanitaire, 31% s'y disent "très opposés", et 24% "plutôt opposés".

A l'inverse, 45% sont favorables à de tels lieux, dont seulement 8% "très favorables".

Ces chiffres contrastent avec un sondage Ifop d'août 2010, où une majorité de Français (53%) se disaient alors favorables à ces salles de consommation de drogue.

Sans surprise, les sympathisants de gauche sont en majorité (59%) favorables à ces lieux de consommation de drogue, alors que les sympathisants de droite y sont largement (66%) opposés.

L'opposition à ces salles augmente avec l'âge: 50% des 18-24 ans y sont favorables, contre seulement 37% des 65 ans et plus.

Fin août, le député socialiste et adjoint au maire de Paris Jean-Marie Le Guen avait demandé au gouvernement d'autoriser la création de salles d'injection de drogue, notamment face à l'augmentation de la consommation d'héroïne à Paris.

La ministre de la Santé, Marisol Touraine, avait affirmé que son ministère serait prêt "assez rapidement" à lancer des expérimentations sur ces salles.

Le président PS de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, et le président du groupe EELV au Sénat, Jean-Vincent Placé, se sont déclarés favorables à une expérimentation rapide, tandis que l'UMP a redit son hostilité, prônant la prévention de la toxicomanie plutôt que son encadrement.

Un rapport parlementaire estimait en juin 2011 que les salles de consommation de drogue était une "option hasardeuse".

Sondage réalisé du 11 au 13 septembre par questionnaire auto-administré en ligne auprès d'un échantillon de 1.006 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.

Vous aimerez aussi

Un homme au guidon d’un vélo, en octobre 2017, à Nantes.
Sondage Les Français férus de vélo
Silhouette du président Emmanuel Macron à Sydney, le 2 mai 2018 [PETER PARKS / POOL/AFP]
Sondage Près des deux tiers des Français «déçus» après un an de présidence Macron
Sondage Les Français craignent une explosion sociale imminente

Ailleurs sur le web

Derniers articles