Taxes sur la bière : la colère des brasseries et des cafés

De la bière servie dans un verre [Philippe Huguen / AFP/Archives] De la bière servie dans un verre [Philippe Huguen / AFP/Archives]

Au comptoir ou en salle, le demi de bière pourrait se payer plus cher, le gouvernement souhaitant augmenter l'une des taxes sur cette boisson alcoolisée, provoquant la colère des patrons de bistrots, qui y voient un nouveau danger pour un secteur déjà fragilisé par la crise.

"Cette taxe, c'est la mise en bière du café !", s'alarme Michel Benezet, président des cafés, bars, brasseries du Synhorcat, l'une des organisations patronales, joint par l'AFP.

Dans le projet de budget de la Sécurité sociale pour 2013, le gouvernement veut relever le niveau de fiscalité sur les bières, ce qui rapportera 480 millions d'euros à la Sécu. Selon le projet, cette augmentation se traduira par une "hausse équivalente à 5 centimes sur un demi de bière", vendu souvent entre 2,50 et 3 euros.

Une hausse annoncée des prix qui tracasse également l'Umih, principale organisation patronale de l'hôtellerie-restauration, à l'heure où "deux bistrots mettent chaque jour la clé sous la porte".

"La consommation de la bière chaque année dans nos établissements, c'est deux milliards de demis, c'est 4,5 millions d'hectolitres, c'est 25% du chiffre d'affaires de nos établissements", affirme l'Umih.

"C'est un mauvais coup porté à la profession après l'interdiction de fumer dans les bars et la loi Bachelot (qui interdit de vendre de l'alcool aux moins de 18 ans, NDLR). D'autant que la consommation de bière a baissé de 38 à 40% en volume depuis une vingtaine d'années sur nos comptoirs", considère Michel Benezet.

Les premiers à trinquer pourraient être les "cafetiers en zones rurales", qui sont souvent "le dernier marqueur de lien social des villages", estime le président de la filière au sein de l'Umih, Laurent Lutse.

"Cela va impacter mécaniquement l'activité de nos entreprises et cela aura des conséquences graves en termes d'emplois, de fermetures d'établissements et donc d'aménagement du territoire", ajoute-t-il. En 50 ans, le nombre de cafés en France est passé de 200.000 à moins de 30.000, rapelle l'Umih.

 

"On ne va pas changer nos tarifs"

 

Cette hausse prévue des droit d'accise sur la bière intervient dans un contexte déja morose pour les cafés et bistrots, qui connaissent depuis le début de la crise une baisse de leur fréquentation.

Même si ces débits de boisson ont vu leur fréquentation légèrement augmenter en 2011 (+1,2% selon le panel consommateurs NPD Crest), ce sont surtout les familles et les jeunes aux heures de repas qui ont poussé la porte des bars, la clientèle des adultes seuls (25 ans et plus non accompagnés d'enfants) peinant à revenir.

"Les patrons qui vont répercuter cette hausse sur leur prix de vente risquent de voir leur fréquentation décrocher à nouveau. Quant à ceux qui ne la répercutent pas, ils vont devoir taper dans leurs marges. Dans tous les cas, ils sont piégés", commente Bernard Boutboul, directeur général du cabinet Gira Conseil.

Pour autant, dans les cafés et bistrots interrogés à Paris, c'est la résignation qui domine: "Je ne vais pas augmenter mes prix, sous peine de perdre de la clientèle. C'est une nouvelle taxe de plus", lance Jean-Christophe Lajeunesse, qui gère le café-restaurant Le Ducat, situé dans le 2è arrondissement de la capitale.

"On ne va pas changer nos tarifs, ni refaire la carte à chaque fois que le gouvernement fait une nouvelle loi", lâche, désabusé, le manager d'une brasserie chic du 8è arrondissement de Paris, qui souhaite rester anonyme.

D'autres enfin espèrent que les brasseurs prendront en charge "la moitié de cette taxe" soit 2,5 centimes par demi. "Après tout ce n'est pas grand chose", estime Cahill, co-gérant de l'établissement Corcoran's, établi sur les Grands Boulevards.

 

Et sur Directmatin.fr :

Péchés mignons et petits plaisirs : une manne fiscale pour l'Etat

 

Vous aimerez aussi

La Commission européenne a proposé un plan en deux volets pour mieux taxer les géants du numérique, dont Facebook [KAREN BLEIER / AFP/Archives]
Numérique Mieux taxer les géants du net : le plan en deux temps de Bruxelles
Le ministre japonais de l'Economie Hiroshige Seko (c) quitte le siège de la Commission européenne, le 10 mars 208 à Bruxelles [Aris Oikonomou / AFP]
Etats-Unis Taxes américaines : l'UE attend des «clarifications» et met en garde Washington
Guerre commerciale Les taxes américaines sur l'acier et l'aluminium entreront en vigueur dans 15 jours

Ailleurs sur le web

Derniers articles