Les hérissons vont-ils disparaître de l'Hexagone ?

En Grande-Bretagne, la population de hérissons a diminué de 30% en vingt ans.[AFP]

Le mammifère aux piquants bien connus se fait de plus en plus rare, dans nos forêts comme aux abords de nos villes. Certains tirent la sonnette d'alarme.

La population des hérissons en France décroît rapidement. D'après des informations récentes de Franceinfo, leur nombre aurait diminué de 70% en moins de 20 ans dans l'Hexagone. Sur change.org, une pétition intitulée «Sauvons les hérissons en danger !», lancée en août dernier, interpelle Ségolène Royal, ministre de l'Environnement, mais également les candidats à la présidentielle, sur la disparition de ce mammifère insectivore. Les auteurs estiment que l'animal pourrait disparaître d'ici à 2025.

«Les hérissons sont intoxiqués par les pesticides, broyés par les engins agricoles, chassés des campagnes suite à la destruction de leurs habitats naturels, brûlés vifs dans les feux de jardin, écrasés un peu plus dans d'horribles souffrances à chaque passage de nouvelle voiture : 1,8 millions par an en France selon les premières statistiques !» peut-on lire dans les premières lignes du texte accompagnant la demande de signatures.

Des études britanniques alarmantes

En Grande-Bretagne, des études sont faites sur la survie de cet animal depuis plusieurs années. Les observateurs ont notamment pu noter que la population avait décliné entre 1996 et 2010 «à un niveau significatif» peut-on lire dans le préambule de l'étude : «L'état des hérissons britanniques en 2015». En vingt ans, la population de hérissons a  perdu 30% de son effectif outre-manche.

En 2007, les hérissons ont été inclus dans le Plan d'Action pour la Biodiversité du Royaume-Uni au titre d'espèce prioritaire. Mais cette qualification n'est pas suffisante, l'étude rappelle que les analyses «de données plus récentes indiquent que le déclin continue, dans le paysage rural comme urbain.»

En France, le hérisson fait également partie de la liste des mammifères terrestres protégés depuis un arrêté du 23 avril 2007 qui interdit notamment «la destruction, la mutilation, la capture ou l'enlèvement, la perturbation intentionnelle» de ces animaux dans leur milieu naturel.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles