Transition énergétique – Publié le 15 août à 00:26 – Mis à jour le 15 août 2015 à 08:26

La mesure contre le gaspillage alimentaire censurée par le Conseil constitutionnel

La mesure contre le gaspillage alimentaire censurée par le Conseil constitutionnel «
Play

Accord de l'Eurogroupe pour un 3e plan d...

»
Play

Escalade de violence dans l'est ukrainie...

La mesure contre le gaspillage alimentaire censurée par le Conseil constitutionnel

A quelques mois de la tenue près de Paris de la COP21, le Conseil constitutionnel a validé jeudi la quasi totalité de la loi sur la transition énergétique, retoquant trois articles, dont celui sur le gaspillage alimentaire.

C'est un texte emblématique de la présidence de François Hollande...l'essentiel de la loi sur la transition énergétique a été validée jeudi par le Conseil constitutionnel. Mais les Sages ont rejeté trois articles, dont ceux relatifs au gaspillage alimentaire.

Les dispositions relatives au gaspillage alimentaire prévoyant que les grandes surfaces n'auraient plus le droit de jeter de la nourriture ont été retoquées par le Conseil constitionnel pour des raisons de procédure, alors qu'il se prononçait sur cette loi qui fixe des objectifs de réduction de la part du nucléaire dans la production d'électricité et dans la consommation des énergies fossiles.

20 milliards d'euros de nourriture jetés dans les poubelles

Chaque année, l'équivalent de 20 milliards d'euros de nourriture est jeté dans les poubelles des supermarchés. Des denrées approchant la date d'expiration mais qui n'en demeurent pas moins comestibles. Un véritable gaspillage alimentaire dénoncé sans relâche par certaines associations, dont les bénévoles n'hésitent pas à récupérer les aliments afin de les redistribuer.

La ministre de l'Ecologie Ségolène Royal veut réunir les représentants de la grande distribution pour leur proposer de faire "de manière volontariste et contractuelle ce que prévoyait la loi" et qui a été retoqué par les Sages.

Plusieurs objectifs phare ont été fixés, comme la réduction de la part du nucléaire dans la production d'électricité de 75 à 50% à l'horizon 2025. 

La ministre s'est engagée à ce que tous les décrets d'application soient publiés "d'ici la fin de l'année". "La moitié des textes sont déjà prêts", a-t-elle précisé depuis le Bostwana où elle s'est rendue dans le cadre de la préparation de la conférence sur le climat (COP21) qui se tiendra au Bourget en décembre.

Rédaction web de CNews avec AFP