Archéologie – Publié le 17 octobre à 00:25 – Mis à jour le 17 octobre 2015 à 09:05

Lyon : Une vaste nécropole vieille de 15 siècles mise au jour sur la colline de Fourvière

Lyon : Une vaste nécropole vieille de 15 siècles mise au jour sur la colline de Fourvière «
Play

Condamné en appel pour contrôles au faci...

»
Play

Le tableau de Basquiat subtilisé a retro...

Lyon : Une vaste nécropole vieille de 15 siècles mise au jour sur la colline de Fourvière

Des archéologues ont découvert sur la colline de Fourvière à Lyon une nécropole abritant plus de 600 sépultures vieilles de quinze siècles. Ils creusent depuis juin pour mettre au jour les tombeaux.

La découverte a été faite sur une vaste pente dominant la ville de Lyon. Autrefois propriété des "soeurs du Bon pasteur", le terrain d'un hectare devrait prochainement accueillir la construction d'une résidence. Depuis juin, une vingtaine d'archéologues de l'Institut de Recherche Archéologiques Préventives (Inrap) fouillent les sols. 

Tout le terrain ne sera pas défriché mais déjà, sur environ 2.500m², plus de 600 tombeaux ou dépouilles sont sortis de terre. Encore aujourd'hui, on peut voir de nombreux squelettes intacts, petits ou grands, choyés sous les pinceaux et grattoirs des archéologues. 

Emmanuel Ferber, responsable du chantier pour l'Inrap, détaille les découvertes :

On devine des coffrages en bois grâce à des galets de calage.
On a aussi des amphores pour enterrer des enfants, des restes de l'époque romaine, quelques sarcophages et des ré-emplois de mausolées romains. Nous avons aussi trouvé des sépultures dans un tronc d'arbre évidé. 

Une nécropole dense : la présence de saints a eu "un effet attractif"

Cette nécropole paléochrétienne datant du Ve au VIIe siècle est très dense parce qu'"à l'époque chrétienne, les gens venaient se faire enterrer à côté des églises pour être protégés", explique Emmanuel Ferber. Ici surtout, près de Saint-Irénée et Trion, où "les premiers évêques ont été enterrés et ensuite canonisés". "Le fait qu'il y ait des saints enterrés dans cette église a eu un effet attractif", ajoute le responsable. 

Plus les tombes sont proches des églises et plus elles se superposent, pour être proches des saints. Un peu plus bas, un autre secteur de fouille révèle des sépultures plus tardives, où les tombes s'étendent les unes à côté des autres, sans se recouper.

Les anthropologues ont déjà commencé à découvrir des pathologies qui affectaient les habitants il y a environ 1.500 ans, comme le raconte Emmanuel Ferber : 

Hier un anthropologue nous a montré un abcès dentaire qui avait fini par tuer un sujet.

"En France, il n'y a pas beaucoup de fouilles concernant cette période paléo-chrétienne et ce qui est intéressant avec l'archéologie préventive, c'est qu'elle permet de fouiller de grandes surfaces", explique une porte-parole de l'Inrap.

Rédaction web de CNews avec AFP - Photo : Les archéologues travaillent dans la nécropole située sur la colline de Fourvière à Lyon. Crédits : AFP/JEFF PACHOUD