France – Publié le 15 février à 10:45 – Mis à jour le 15 février 2017 à 16:45

Bras de fer entre la France et l'Italie pour le contrôle du chantier naval de Saint-Nazaire

Bras de fer entre la France et l'Italie pour le contrôle du chantier naval de Saint-Nazaire «
Play

Cyclisme : Lance Armstrong poursuivi par...

»
Play

Focus Eco : Peugeot prêt à racheter Opel

C'est la guerre entre la France et l'Italie à Saint-Nazaire à propos de la prise de contrôle du chantier naval. STX Saint-Nazaire a été racheté par son principal concurrent Fincantieri, mais le gouvernement français voudrait conserver une partie du contrôle des installations. Des centaines d'emplois sont en jeu.

La société italienne de chantiers navals Fincantieri a fait une excellente affaire en rachetant son concurrent français pour seulement 80 millions d'euros : la cale du chantier STX de Saint-Nazaire est la plus grande d'Europe, et on y construit les plus grands paquebots du monde. C'est également la seule cale de l'Hexagone où la France pourrait construire un nouveau porte-avions.

Le gouvernement français entendait donc négocier avec le chantier transalpin pour conserver le contrôle de Saint-Nazaire. Mais les pour les Italiens, qui étaient seuls en lice pour reprendre STX, il n'est pas question de partager.

Le maintien des emplois en jeu

Le syndicat FO du chantier français en appelle au gouvernement, afin qu'il fasse préemption sur les 66% du capital détenus par Fincantieri. La loi sur les secteurs stratégiques le lui permettrait. Pour le syndicat, il en va de la pérennité des emplois sur le chantier de Saint-Nazaire, ainsi que des garanties sociales qui y sont attachées.

Si l'Etat français veut préempter, il doit en prendre la décision d'ici la fin février 2017.

Sujet réalisé par Jean-Michel De Caze