La belle vie de ces retraités italiens aux frais du contribuable

Un village de Calabre [Mario Laporta / AFP/Archives] Un village de Calabre [Mario Laporta / AFP/Archives]

174 retraités italiens qui profitaient d'aides sociales indues en Italie tout en vivant aux États-Unis et en Amérique du Sud ont été démasqués, a annoncé jeudi la police financière italienne.

La police a saisi un total de 173 propriétés, 56 terrains et 59 comptes bancaires appartenant aux fraudeurs présumés, qui étaient tous officiellement enregistrés comme résidents dans des villages balnéaires de Calabre (sud de l'Italie).

"Ils touchaient des revenus qu'ils ne déclaraient pas", a expliqué à l'AFP Eliana Minoia, commandant de la police locale qui a conduit l'opération, ajoutant que selon les enquêteurs l'arnaque a coûté aux caisses de l'Etat environ 5 millions d'euros (6,5 millions de dollars).

La plupart de ces retraités vivaient en Argentine et au Brésil, pays d'adoption de nombreux émigrants italiens.

Les enquêteurs ont affirmé dans un communiqué que les retraités remplissaient les conditions pour bénéficier des aides "seulement sur le papier" et avaient "fictivement établi leur résidence en Italie" alors qu'en réalité ils vivaient à l'étranger.

Un homme de 69 ans habitant au Brésil a ainsi profité d'avantages sociaux bien qu'il n'ait résidé que "quelques jours" en Italie au cours des quatre dernières années.

La police italienne a lancé une campagne sévère contre la fraude fiscale depuis l'arrivée au pouvoir du gouvernement de Mario Monti.

Dans le cadre de cette lutte, les enquêteurs ont découvert des propriétaires de Ferrari déclarant un revenu nul, des bénéficiaires de prestations pour les aveugles pouvant marcher sans aide et une ville de la Calabre qui a utilisé des fonds de l'Union européenne et destinés au tourisme pour financer des mariages somptueux.

Vous aimerez aussi

Le ministre de l'Intérieur italien et vice-Premier ministre Matteo Salvini (D) aux côtés de l'autre vice-Premier ministre Luigi Di Maio durant la cérémonie d'investiture du nouveau gouvernement à Rome le 1er juin 2018 [Alberto PIZZOLI / AFP/Archives]
Polémique Italie : le recensement des Roms continue à faire des remous
Le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte et le président français Emmanuel Macron se serrent la main après leur conférence de presse commune à l'Elysée, le 15 juin 2018 [Francois Mori / POOL/AFP]
Diplomatie France et Italie affichent un front commun sur la crise migratoire
Les Italiens,  les grands absents de la Coupe du Monde
Football Les Italiens, grands absents de la Coupe du monde

Ailleurs sur le web

Derniers articles