Bébé abandonné trouvé par l'Otan, son nouveau papa comblé

[TONY KARUMBA / AFP]

Zahir Rahimi, le papa adoptif d'un nourrisson abandonné et trouvé par l'Otan il y a dix jours, ne cache pas son bonheur : lui qui n'arrivait pas à avoir d'enfant avec sa femme et pensait devoir en prendre une deuxième est désormais père d'une petite Aria en pleine santé.

L'histoire relève du compte de fée en zone de guerre. Le 19 septembre dernier, des soldats polonais, membres de la force armée de l'Otan (Isaf), remarquent durant une patrouille un petit paquet en bord de route, dans un zone inhabitée d'Afghanistan, selon l'Isaf.

"Au début, nous avions peur qu'il s'agisse d'un IED", une bombe artisanale, raconte le lieutenant Krzysztof Kalwak, le chef de la patrouille. "Mais après examen, nous nous sommes rendus compte qu'il s'agissait d'une petite fille à peine née enveloppée dans un serviette."

Le nourrisson est emmené au centre médical d'une base avancée à Ghazni (sud), où le personnel le nomme "Pola", en référence à la Pologne. "On m'a appelé pour une tâche urgente : acheter du lait, une bouteille et une tétine. Au début, je pensais qu'ils se moquaient de moi", sourit le caporal chef Miroslaw Myszka.

"Pola" est ensuite emmenée à l'hôpital de Ghazni. "Le bébé avait deux jours et il était en bonne santé. Nous l'avons gardé encore deux jours, jusqu'à ce que Zahir Rahimi vienne nous voir et que nous ne le lui donnions", se souvient le docteur Baz Mohammad Rahmat, directeur de l'hôpital.

Marié depuis 4 ans, M. Rahimi, 29 ans, et sa femme n'arrivaient pas à avoir d'enfant. "Nous avons été voir plusieurs médecins pour un traitement. Mais rien ne semblait fonctionner", explique à l'AFP ce petit commerçant, depuis la chambre qu'il loue dans une maison de terre en périphérie de Ghazni.

Le jour où le bébé est emmené à l'hôpital, lui y accompagne son cousin. Zahir Rahimi fait l'assaut des médecins pour qu'on le lui confie. Ceux-ci finissent par accepter.

"J'avais décidé de me remarier (pour pouvoir avoir des enfants), avant que je ne trouve ce bébé. Mais je suis content maintenant. Je ne vais pas devoir prendre une seconde femme", commente-t-il. "Nous l'avons appelée Aria. Elle nous a apporté beaucoup de bonheur."

Vous aimerez aussi

Afghanistan Afghanistan : plusieurs fortes explosions entendues dans Kaboul
Des journalistes se recueillent mercredi 3 mai devant une photo de Shah Marai et de Sardar Ahmad, deux reporters de l'AFP tués en Afghanistan. [AAMIR QURESHI / AFP]
Afghanistan Hommage aux journalistes afghans pour la Journée mondiale de la liberté de la presse
Des journalistes afghans se refugiant derrière une ambulance à Kaboul le 21 janvier 2018 [SHAH MARAI / AFP/Archives]
Afghanistan Pour les journalistes afghans, «la mort fait partie du métier»

Ailleurs sur le web

Derniers articles