L'opération séduction des éleveurs de porcs bretons

Un cochon [Denis Charlet / AFP/Archives] Un cochon [Denis Charlet / AFP/Archives]

Les éleveurs de porcs bretons, qui veulent changer le regard sur leur profession, ont lancé mercredi une nouvelle opération séduction vers les citadins avec un happening place de la gare à Rennes de plus d'un millier de baudruches et des portes ouvertes dimanche dans des élevages.

Mercredi matin, la place de la gare de Rennes a été investie par plus d'un millier de baudruches roses en forme de cochon. Une trentaine d'éleveurs ont distribué autant de flyers aux passants pour les inviter à des portes ouvertes dimanche dans 14 élevages de la région, proches des grandes villes pour attirer les citadins.

"Nous voulons casser les préjugés, casser la caricature", a expliqué lors d'une conférence de presse David Riou, président de la communication du comité régional porcin (CRP) de Bretagne. Et ce avec un slogan: "Changeons de regard sur l'élevage de porcs bretons".

"L'idée c'est de provoquer la rencontre, 30 à 40 éleveurs seront présents par élevage" dimanche de 14h00 à 18h00 pour accueillir les 7.000 à 10.000 personnes attendues pour les portes ouvertes, a-t-il ajouté.

Deux stations expérimentales sont aussi comprises dans ces visites, des sites où les éleveurs travaillent sur l'élevage du futur.

Le happening décalé de mercredi matin, David Riou a aussi voulu l'inscrire dans le cadre de la biennale d'art contemporain de Rennes, avec ce message: "On met le lard dans l'art".

En Bretagne, la moyenne est de 230 truies par élevage pour 7.000 éleveurs recensés. La région représente 55 à 60% de la production de porc en France qui est de 26 millions de cochons.

En 2011, les éleveurs bretons avaient déjà lancé une opération choc de reconquête dans 400 communes de Bretagne avec une campagne de publicité au slogan choc: "Il grogne, il pète et pourtant grâce à lui vous mangez sain, sûr, bon et breton !

Vous aimerez aussi

Le Nord-pas-de-calais couve ses tomates
Agriculture Le Nord-Pas-de-Calais couve ses tomates
Agriculture La start-up Ombrea lance des ombrières intelligentes pour répondre aux réchauffement climatique
Agriculture Budget de la PAC : la France juge «inacceptables» les propositions de Bruxelles

Ailleurs sur le web

Derniers articles