Poutine offre un "chien de Staline" à Chavez

Vladimir Poutine, alors Premier ministre russe, et le président vénézuélien Hugo Chavez à Caracas, le 2 avril 201 [Juan Barreto / AFP/Archives] Vladimir Poutine, alors Premier ministre russe, et le président vénézuélien Hugo Chavez à Caracas, le 2 avril 201 [Juan Barreto / AFP/Archives]

La presse russe ironisait vendredi sur le cadeau fait par le président Vladimir Poutine à son homologue vénézuélien Hugo Chavez, un chiot d'une race russe de terrier noir appelé parfois "chien de Staline".

Le chiot, âgé de trois mois, a été offert jeudi à M. Chavez par un proche de M. Poutine, le PDG du numéro un du pétrole russe Rosneft, Igor Setchine, lors d'un déplacement au Venezuela portant sur des investissements de milliards de dollars.

"Poutine a offert à Chavez un +chien de Staline+", titrait le quotidien populaire Komsomolskaïa Pravda.

Selon l'agence publique Ria Novosti, le terrier noir de Russie est une race créée par les chenils de l'armée russe après la seconde guerre mondiale, croisement de différents chiens comme le rottweiler.

L'agence indique qu'il a été surnommé "chien de Staline" parce que le dictateur soviétique avait "ordonné que les terriers noirs soient dressés pour surveiller les détenus dans les camps de Sibérie".

Une explication contestée par le spécialiste Egueni Rozenberg interrogé par le journal Moskovski Komsomolets.

"Cette race n'a absolument aucun rapport avec Staline, et si certains l'appellent +chien de Staline+ ou +chien du KGB+, c'est pour en faire la publicité", a expliqué ce spécialiste russe.

"Quoique il est bien possible que le KGB ait utilisé des chiens de cette race, parmi d'autres", a-t-il ajouté.

Hugo Chavez, qui s'est affiché à plusieurs reprises comme l'"ami" de Vladimir Poutine, a surnommé le chiot "el Ruso" (le Russe), et a promis en retour de faire parvenir au président russe un capybara, énorme rongeur haut sur pattes qui vit en Amérique du Sud.

Vous aimerez aussi

Ukraine Vol MH17 : Vladimir Poutine dément les conclusions de l'enquête internationale
Coupe du Monde 2018 Macron ira soutenir l'équipe de France en Russie «si elle passe les quarts de finale» du Mondial
Des débris de la carlingue du vol MH17 de la Malaysian Airlines abattu au-dessus de l'Ukraine, le 18 juillet 2014 près de Shaktarsk [DOMINIQUE FAGET / AFP/Archives]
Ukraine Le missile qui a abattu le vol MH17 provenait d'une unité militaire russe

Ailleurs sur le web

Derniers articles