Télérama change de look

Des critiques cinéma plus courtes sur le papier mais plus longues sur le web, un "édito photographique", une place pour le design, les jeux vidéo ou la télé de rattrapage: Télérama s'offre une véritable refonte avec sa nouvelle formule qui vise à séduire "de nouveaux publics".[AFP/Archives]

Des critiques cinéma plus courtes sur le papier mais plus longues sur le web, un "édito photographique", une place pour le design, les jeux vidéo ou la télé de rattrapage: Télérama s'offre une véritable refonte avec sa nouvelle formule qui vise à séduire "de nouveaux publics".

En début de magazine, Télérama ouvrira, à compter du 28 mars, sur une double page de "questionnement" répondant à "qui, quoi, comment" autour d'un évènement. Un "Grand témoin" étranger, intellectuel ou artiste, fera partager sa vision et une rubrique "Infiltré" témoignera de l'intérieur d'un spectacle, d'un évènement ou d'un meeting.

"Cette nouvelle formule, à pagination constante, correspond à une ouverture de Télérama et à plus de partage, en tenant compte des nouvelles pratiques culturelles", explique à l'AFP Fabienne Pascaud, directrice de la rédaction.

Six ans après le dernier lifting de sa maquette, "Télérama doit s'élargir à de nouveaux publics" et reconquérir ses ventes au numéro qui s'effritent, ajoute-t-elle.

En 2011, Télérama a vendu en moyenne 622.161 exemplaires par semaine, dont environ 80.000 en kiosque. Sa diffusion France payée (DFP) a reculé de 1,59% en 2011 par rapport à 2010, selon l'OJD.

La nouvelle maquette, conçue en interne, est plus aérée avec une typographie plus fine, des tons plus pastel et un recours accru à l'image avec notamment des photographies pleine page.

Côté cinéma, "la façon de traiter les films qui sortent va évoluer, on fera plus court dans le magazine papier et plus long sur le web", dit encore Mme Pascaud.

Faire évoluer l'écriture

"Dans l'ensemble, l'écriture va aussi évoluer pour tenir compte des critiques de nos lecteurs qui considèrent souvent qu'à Télérama, on écrit de manière froide et doctorale", selon la patronne de la rédaction qui dit vouloir "ouvrir les vannes et avoir une vision décomplexée".

Que les aficionados se rassurent: le petit personnage, Ulysse, qui sourit ou grimace de cinq manières différentes selon la critique des films, demeure, mais sous un nouveau visage dessiné par Riad Sattouf.

Parmi les nouveautés, Télérama va accueillir un "édito photographique", une rubrique concerts, le traitement du design, des jeux vidéos et des nouvelles habitudes comme le podcast ou la catch-up TV (télé de rattrapage). Le spectacle vivant garde sa place (deux pages) tout comme la radio qui a droit à trois pages magazine.

Le site web est également remanié et plus "serviciel", notamment avec les salles de cinéma, une rubrique "concert" avec une billetterie et un espace "premium" offrant des avantages aux abonnés du magazine.

Après la recapitalisation du groupe Le Monde, propriétaire de Télérama, intervenue l'an dernier, le magazine a enregistré une vingtaine de départs volontaires qui ont été remplacés, permettant au passage un rajeunissement de la rédaction. Télérama emploie une centaine de journalistes.

Le titre Télérama, contraction de TELEvision-RAdio-cinéMA, remonte à 1960 et était l'héritier de Cinérama (1950), descendant de Radio-Cinéma, hebdomadaire qui avait lui-même succédé à Radio-Loisirs fondé en 1947.

Vous aimerez aussi

Cinéma Le magazine «Studio» de retour dans les kiosques
Des journalistes se recueillent mercredi 3 mai devant une photo de Shah Marai et de Sardar Ahmad, deux reporters de l'AFP tués en Afghanistan. [AAMIR QURESHI / AFP]
Afghanistan Hommage aux journalistes afghans pour la Journée mondiale de la liberté de la presse
Le rapport annuel de Reporters sans frontières présenté lors d'une conférence de presse, le 25 avril 2018 à Paris [BERTRAND GUAY / AFP]
Presse La «haine du journalisme» menace les démocraties, selon RSF

Ailleurs sur le web

Derniers articles