Mediapart défend la diffusion des écoutes

Le directeur et un journaliste de Mediapart, Edwy Plenel et Fabrice Arfi, convoqués le 5 avril pour mise en examen après la diffusion en 2010 d'extraits d'écoutes réalisées chez Liliane Bettencourt par son majordome, estiment avoir révélé "des informations d'intérêt public".[AFP/Archives]

Le directeur et un journaliste de Mediapart, Edwy Plenel et Fabrice Arfi, convoqués le 5 avril pour mise en examen après la diffusion en 2010 d'extraits d'écoutes réalisées chez Liliane Bettencourt par son majordome, estiment avoir révélé "des informations d'intérêt public".

Les deux journalistes "réaffirment qu'ils ont révélé des informations d'intérêt public, conformément au droit de la presse", selon un communiqué diffusé vendredi.

"En informant le public de faits graves concernant Madame Bettencourt, personne âgée atteinte de graves pathologies, ils ont notamment révélé de graves dysfonctionnements des institutions de l'Etat ainsi que des manquements à la loi commune, notamment fiscale, en excluant toute allusion à l'intimité de la vie privée", ajoutent-ils.

De premiers extraits de ces conversations s'étaient retrouvés le 16 juin 2010 sur le site d'information par internet Mediapart et sur celui du Point, avant une publication papier de l'hebdomadaire le lendemain.

Entre mi-2009 et mi-2010, l'ancien majordome de Mme Bettencourt avait enregistré les conversations qui se tenaient dans le salon de la milliardaire, pour essayer d'obtenir la preuve que l'octogénaire, en situation de faiblesse psychique depuis septembre 2006, était bel et bien aux mains d'aigrefins.

Le directeur et le rédacteur en chef du Point, Franz Olivier Giesbert et Hervé Gattegno, ont été mis en examen jeudi à Bordeaux pour atteinte à l'intimité de la vie privée, après la publication de ces extraits.

Ancien journaliste de Mediapart, Fabrice Lhomme, aujourd'hui au Monde, est également convoqué par les juges d'instruction de Bordeaux le 5 avril pour les mêmes raisons.

Vous aimerez aussi

Justice Nicolas Sarkozy mis en cause par le Parquet national financier
Affaire Bettencourt Affaire Bettencourt : Banier et Maistre font appel
Eric Woerth Affaire Bettencourt : Maistre et Bannier condamnés

Ailleurs sur le web

Derniers articles