Vers une rédaction unifiée à France Télé

France 3 Une rédaction locale de France 3.[ERIC CABANIS / AFP]

La direction de France Télévisions a présenté aux salariés l'avancement de son projet "Info 2015", lancé en août et visant à rassembler les rédactions de France 2, France 3 et FranceTV info, qui intégrera les moyens techniques et éditoriaux, mais a réfuté le terme de fusion.

"Il s'agit de se rassembler pour garder notre force de frappe", a expliqué mercredi à l'AFP Thierry Thuillier, directeur de l'information du groupe.

Récusant la notion de "fusion" des rédactions des deux chaînes publiques, qu'il considère comme un "serpent de mer", le directeur a précisé qu'il fallait "envisager le rapprochement de services éditoriaux, et c'est nouveau. Mais on maintient des équipes sur France 2 et on en maintiendra des équipes sur France 3". "En revanche, on ignore aujourd'hui dans quelles proportions", a-t-il dit.

Il s'agit de "faire face évidemment à l'arrivée du numérique, mais aussi à une contrainte budgétaire qui maintenant est bien connue", a-t-il poursuivi.

De plus, avec l'arrivée de la télé connectée, "on va avoir une page d'accueil et qu'est-ce qu'on va y trouver? Y aura-t-il TF1 aux côtés de France 2 et France 3 ou seulement de France TV?" s'est interrogé M. Thuillier.

Mardi, devant le comité central d'entreprise (CCE) de France Télévisions, la direction avait informé les élus de cette réflexion, qui en est au stade "d'avant-projet".

Selon cette présentation, le chantier "Info 2015" devra répondre à trois questions: quels contenus pour l'information, quelles compétences et quelle organisation?

"Nous devons maintenir nos éditions telles qu'elles existent aujourd'hui, en particulier les éditions nationales sur France 3", a souligné la direction.

Concernant la troisième question, la direction de France Télévisions a indiqué qu'elle souhaitait "passer d'une logique de rédaction par chaîne à une logique de rédaction pour toutes les éditions et tous les supports".

"Nous devons avoir mis en place la nouvelle organisation, telle qu'elle ressortira des travaux du groupe projet, à l'horizon 2015", a également dit M. Thuillier.

 

Une annonce mal accueillie

Du côté de la rédaction nationale de France 3, la CGT s'est élevée contre le projet en estimant que l'annonce "de la fusion des rédactions marque la fin du pluralisme au sein de France Télévisions". "Comment croire que cette fusion n'aura pas de conséquence sur l'offre éditoriale", ni sur l'emploi, a estimé la CGT, interpellant à ce propos le ministère de la Culture et de la Communication.

Egalement opposé à ce projet, le Syndicat national des journalistes (SNJ) de France Télévisions a décidé mercredi lors d'une assemblée générale d'adresser dès cette semaine une lettre ouverte à l'Elysée.

"On sait que ce projet a été validé par le gouvernement. Nous souhaitons que l'Elysée s'implique et se prononce sur ce dossier", a expliqué Carole Petit, secrétaire générale du SNJ du groupe.

Enfin, la Société des Journalistes (SDJ) de France 2 déclare dans un communiqué ne pas être "hostile aux évolutions et aux réflexions sur une meilleure organisation" de l'entreprise. "Pour autant elle souhaite que France Télévisions n'avance pas à l'aveugle. On ne saurait lancer une réforme de cette ampleur sans que l'Etat actionnaire prenne sa part de responsabilité: aujourd'hui encore la question du financement de France Télévisions n'est toujours pas réglée", conclut la SDJ.

Vous aimerez aussi

L'ex PDG de Carrefour Georges Plassat à Paris en juillet 2014 [MATTHIEU ALEXANDRE / AFP/Archives]
Social Carrefour : l'ancien PDG renonce à son indemnité de départ
Les retraités dans la rue pour leur pouvoir d?achat
Social Les retraités dans la rue pour leur pouvoir d'achat
Blocage de la raffinerie de Feyzin près de Lyon, le 13 juin 2018  [JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP]
Conflit social Carburants : les agriculteurs ont levé tous les blocages après des assurances du gouvernement

Ailleurs sur le web

Derniers articles