Scandale des écoutes : procès en septembre 2013

Le magnat des médias Rupert Murdoch et sa protégée, Rebekah Brooks, le 10 juillet 2011 à Londres [Max Nash / AFP/Archives] Le magnat des médias Rupert Murdoch et sa protégée, Rebekah Brooks, le 10 juillet 2011 à Londres [Max Nash / AFP/Archives]

Un juge londonien a fixé mercredi à septembre 2013 l'ouverture du procès dans le retentissant scandale des écoutes téléphoniques pratiquées par le défunt tabloïde News of the World (NotW) de Rupert Murdoch, qui empoisonne depuis plus d'un an le gouvernement de David Cameron.

Principales figures de ce procès à venir, l'ancienne protégée de Murdoch, la rousse Rebekah Brooks, et un ex-conseiller de presse du Premier ministre, Andy Coulson, ont comparu mercredi avec une dizaine d'autres accusés lors d'une audience préliminaire devant le tribunal de l'Old Bailey à Londres.

Tous deux sont d'anciens rédacteurs en chef du NotW, accusé d'avoir, pour décrocher des scoops, piraté les messageries téléphoniques de 600 personnes parmi lesquelles des célébrités comme Brad Pitt, Angelina Jolie ou le footballeur Wayne Rooney.

Le juge Adrian Fulford a décidé de fixer au 9 décembre 2013 la date du début d'un procès qui s'annonce politiquement sensible, étant donné les liens étroits apparus au grand jour entre le gouvernement de David Cameron et le groupe Murdoch.

Le scandale, qui a mené le magnat américain des médias à fermer en juillet 2011 son tabloïde vieux de 168 ans, plus gros tirage de la presse britannique, a également entraîné un véritable examen de conscience en Grande-Bretagne. Il a remis en question la déontologie journalistique et les liens entre la presse, la police et le monde politique.

L'affaire des écoutes englobe deux volets judiciaires, l'un concerne directement le piratage des messageries téléphoniques, l'autre est lié à des accusations d'entrave au travail des enquêteurs.

Rebekah Brooks, 44 ans, l'ancienne "reine des tabloïdes" qui a connu une disgrâce aussi brutale que son ascension au sein de l'empire Murdoch avait été fulgurante, est inculpée à double titre.

L'ancienne directrice de News International (NI, groupe chapeautant les journaux britanniques du groupe Murdoch), amie proche de David Cameron, est poursuivie dans le premier volet avec Andy Coulson, cinq anciens journalistes du News of the World et le détective privé Glenn Mulcaire.

Elle est par ailleurs inculpée pour "entrave au cours de la justice" pour avoir tenté de dissimuler des preuves à la police qui enquêtait sur l'affaire des écoutes. Sont également mis en cause dans ce dossier son mari Charlie Brooks, célèbre éleveur de chevaux de 49 ans, son assistante Cheryl Carter, son chauffeur Paul Edwards, et deux autres personnes.

Le juge a imposé mercredi de strictes restrictions à la couverture journalistique. Elles empêchent les médias de faire état d'un certain nombre de détails de l'affaire susceptibles d'influencer les futurs jurés.

Lors de l'audience, vêtue d'un manteau beige, Rebekah Brooks n'a fait que confirmer son identité, comme les autres accusés.

Celle qui, jusqu'au scandale, formait avec son mari un couple en vue dans le gotha politico-médiatique britannique, avait témoigné en mai dernier de sa proximité avec David Cameron, devant une commission sur l'éthique des médias. A cette occasion, des échanges de textos affectueux avec le Premier ministre avaient été rendus publics.

Le magistrat Brian Leveson, à la tête de cette commission, doit rendre d'ici à la fin de l'année les conclusions des nombreuses auditions qui ont été menées, et formuler des recommandations sur la régulation de la presse.

Vous aimerez aussi

Justice Sous-marin danois : Peter Madsen fait appel de sa condamnation à perpétuité
Justice L'agresseur du jeune Marin condamné à sept ans et demi de prison
Justice Affaire Lionnet : l'accusée avoue avoir battu sa jeune fille au pair

Ailleurs sur le web

Derniers articles