Arrivée d'Obama à Charlotte pour la convention démocrate

Barack Obama est arrivé mercredi à Charlotte (Caroline du Nord, sud-est) où il doit recevoir l'investiture du Parti démocrate pour la présidentielle du 6 novembre.[AFP] Barack Obama est arrivé mercredi à Charlotte (Caroline du Nord, sud-est) où il doit recevoir l'investiture du Parti démocrate pour la présidentielle du 6 novembre.[AFP]

Barack Obama est arrivé mercredi à Charlotte (Caroline du Nord, sud-est) où il doit recevoir l'investiture du Parti démocrate pour la présidentielle du 6 novembre.

L'avion Air Force One transportant le président des Etats-Unis depuis Washington s'est posé peu avant 14H45 (18H45 GMT) sur la piste de l'aéroport de la ville, au deuxième jour de la convention nationale démocrate devant laquelle M. Obama doit prononcer jeudi un grand discours.

Aucune activité publique n'était prévue au programme de M. Obama dans l'après-midi à Charlotte, où les débats de la convention doivent reprendre à 17H00 (21H00 GMT).

La vedette du jour, après Michelle Obama la veille, sera l'ancien président Bill Clinton. Ce dernier doit intervenir à partir de 22H30 (02H30 GMT jeudi) devant les 6.000 délégués réunis dans le "Time Warner Cable Arena", couronnement d'une soirée de discours sur les thèmes socio-économiques.

Après le discours de M. Clinton, les délégués doivent procéder à un vote formel de désignation de M. Obama, qui prononcera son discours jeudi soir.

Les démocrates ont annoncé à regret que l'intervention du président-candidat n'aurait pas lieu comme prévu dans un stade découvert de 73.000 places, mais dans le "Time Warner Cable Arena", une enceinte cinq fois plus petite.

Cette décision a été officiellement prise pour des raisons de sécurité, les services météo prévoyant de violents orages sur la région. Les démocrates ont démenti avoir eu du mal à remplir ce stade comme certains républicains l'ont insinué.

Vous aimerez aussi

Donald Trump Tout savoir sur Hope Hicks, la directrice de la communication de la Maison Blanche qui vient de démissionner
Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a balayé les accusation américaine d'ingérence russe dans la campagne présidentielle de 2016, le 17 février à Munich (Allemagne) lors de la conférence annuelle sur la sécurité. [Thomas KIENZLE / AFP]
Présidentielle américaine «Baratin», «fantasme» : Moscou balaie les accusations d'ingérence électorale
Etats-Unis Oprah Winfrey n'a pas l'intention de se présenter à la présidentielle américaine

Ailleurs sur le web

Derniers articles