Le grand soir d'Obama pour conclure la convention démocrate

Barack Obama devait prendre possession de la scène jeudi soir au dernier jour de la convention démocrate de Charlotte dont il a reçu l'onction, avant d'entamer la dernière ligne droite de la campagne pour l'élection présidentielle américaine du 6 novembre. [GETTY IMAGES NORTH AMERICA] Barack Obama devait prendre possession de la scène jeudi soir au dernier jour de la convention démocrate de Charlotte dont il a reçu l'onction, avant d'entamer la dernière ligne droite de la campagne pour l'élection présidentielle américaine du 6 novembre. [GETTY IMAGES NORTH AMERICA]

Barack Obama devait prendre possession de la scène jeudi soir au dernier jour de la convention démocrate de Charlotte dont il a reçu l'onction, avant d'entamer la dernière ligne droite de la campagne pour l'élection présidentielle américaine du 6 novembre.

Le dirigeant sortant Barack Obama sortant est attendu à 22H10 (02H10 GMT vendredi) dans l'enceinte du "Time Warner Cable Arena", un complexe au coeur de la grande ville de Caroline du Nord (sud-est) où depuis mardi, grands noms du parti, élus locaux ou simples particuliers ont développé leurs arguments en faveur d'un nouveau mandat de quatre ans pour leur champion.

Mercredi soir, l'ancien président Bill Clinton a une fois encore montré qu'il était un orateur hors pair en prononçant un vibrant plaidoyer en faveur de son successeur. Il a dit croire en lui "de tout coeur", insisté sur ses capacités à redresser l'économie et dénoncé "la pagaille totale" laissée par les républicains il y a quatre ans. "Sommes-nous là où nous le souhaitons? Non. Est-ce que le président est satisfait? Non. Mais sommes-nous dans une meilleure situation que quand il a pris ses fonctions, avec une économie en chute libre, qui perdait 750.000 emplois par mois? La réponse est oui!", s'est-il écrié devant une foule conquise.

Barack Obama devait initialement prononcer son discours d'investiture dans un stade à ciel ouvert de 73.000 places, mais le comité d'organisation a décidé de rapatrier l'événement dans le Time Warner Cable Arena, une salle couverte cinq fois plus petite, officiellement en raison du risque de violents orages sur la région en soirée. Selon son équipe de campagne, le président a été déçu de ce changement de programme, qui signifiera que 65.000 billets ne seront pas honorés, mais la sécurité des personnes prime. Les démocrates ont nié avoir eu du mal à remplir le stade, comme l'ont insinué des républicains.

Pendant son discours, il devrait revenir sur des terrains que les intervenants de Charlotte ont défriché pour lui deux jours durant : la défense de la classe moyenne et le rejet des arguments de son adversaire républicain Mitt Romney, lui-même investi il y a une semaine par son parti à Tampa (Floride, sud-est).

Barack Obama est devenu officiellement le candidat des démocrates dans la nuit de mercredi à jeudi, quand les délégations des différents Etats ont procédé au vote en sa faveur.

Il sera précédé jeudi soir sur scène par le candidat malheureux de 2004 John Kerry, qui parlera politique étrangère, et son propre vice-président Joe Biden. Le dirigeant sortant est engagé dans une campagne âpre avec Mitt Romney, sur fond de sondages très serrés.

Alors que le vote anticipé dans certains Etats pour la présidentielle commence dès jeudi, Barack Obama doit repartir en campagne vendredi avec M. Biden dans le New Hampshire (nord-est) et l'Iowa (centre), deux Etats-clé où M. Romney a prévu de se rendre le même jour.

Les deux camps auront les yeux rivés sur l'éventuel rebond de la convention sur les intentions de vote en faveur de Barack Obama, tout comme sur les chiffres mensuels du chômage qui tomberont vendredi en début de matinée.

Mais dans l'immédiat, alors que Mitt Romney a passé la semaine de la convention à se préparer aux trois débats qui l'opposeront au président en octobre, les républicains ont diffusé jeudi une nouvelle vidéo sur internet. On y voit une femme annoncer, apparemment à son petit ami, qu'elle a décidé de rompre. Mais en face d'elle se trouve... une photo du président sortant. "Je préfère qu'on soit amis", dit-elle.

 

Et aussi 

André Kaspi : "Ceux qui ont voté pour Obama sont déçus"

Les stars qui soutiennent Barack Obama

Vous aimerez aussi

Donald Trump Tout savoir sur Hope Hicks, la directrice de la communication de la Maison Blanche qui vient de démissionner
Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a balayé les accusation américaine d'ingérence russe dans la campagne présidentielle de 2016, le 17 février à Munich (Allemagne) lors de la conférence annuelle sur la sécurité. [Thomas KIENZLE / AFP]
Présidentielle américaine «Baratin», «fantasme» : Moscou balaie les accusations d'ingérence électorale
Etats-Unis Oprah Winfrey n'a pas l'intention de se présenter à la présidentielle américaine

Ailleurs sur le web

Derniers articles