Eastwood admet avoir improvisé son discours de la convention républicaine

L'acteur-réalisateur américain Clint Eastwood a admis vendredi avoir improvisé à la dernière minute son discours du 30 août à la convention républicaine de Tampa (Floride, sud) durant lequel il parle à une chaise vide sensée représenter le président Barack Obama. [AFP] L'acteur-réalisateur américain Clint Eastwood a admis vendredi avoir improvisé à la dernière minute son discours du 30 août à la convention républicaine de Tampa (Floride, sud) durant lequel il parle à une chaise vide sensée représenter le président Barack Obama. [AFP]

L'acteur-réalisateur américain Clint Eastwood a admis vendredi avoir improvisé à la dernière minute son discours du 30 août à la convention républicaine de Tampa (Floride, sud) durant lequel il parle à une chaise vide sensée représenter le président Barack Obama.

Dans un entretien paru vendredi dans le Carmel Pine Cone, un journal californien, l'acteur de 82 ans dit avoir commencé à planifier son discours après une rapide sieste dans sa chambre d'hôtel, seulement une vingtaine de minutes avant son intervention.

Quand au "sketch de la chaise vide", durant lequel il converse avec un Obama invisible, il ne lui est venu à l'esprit qu'une fois dans les coulisses, juste avant d'entrer en scène. "Il y avait une chaise, et un type n'arrêtait n'arrêtait pas de me demander si je voulais m'asseoir", raconte la star hollywoodienne. "Cela m'a donné l'idée. J'allais amener la chaise avec moi sur scène et j'allais parler à M. Obama et lui demander pourquoi il n'avait pas tenu toutes les promesses qu'il avait faites."

Pour ses premiers commentaires publics relatifs à une intervention aussi critiquée que moquée, Clint Eastwood a aussi clairement fait savoir que l'équipe de campagne du candidat républicain Mitt Romney n'allait pas lui imposer quoi que se soit.

"Ils encadrent étroitement la plupart des gens (...) mais je leur ai dit +Vous pouvez pas faire ça avec moi parce que je ne sais pas ce que je vais dire+", a expliqué l'ancien inspecteur Harry. "Il y avait trois choses que je voulais dire: tout Hollywood n'est pas de gauche, Obama n'a pas tenu de nombreuses promesses et que les gens doivent se sentir libre de se débarrasser de tout politicien qui ne fait pas un bon travail."

"Mais je n'avais pas décidé exactement ce que j'allais dire jusqu'au moment où je l'ai dit", a-t-il ajouté.

Clint Eastwood s'est toutefois excusé d'avoir parlé trop longtemps. Son intervention, qui devait durer 5 minutes avant l'entrée en scène de Mitt Romney, a finalement été plus de deux fois plus longue. "Quand vous êtes sur scène, c'est assez dur de savoir combien de temps est passé", explique l'acteur pour qui le public a toutefois plutôt apprécié son intervention.

Et aussi :

Les hommes de l'ombre de Mitt Romney

Vous aimerez aussi

Donald Trump Tout savoir sur Hope Hicks, la directrice de la communication de la Maison Blanche qui vient de démissionner
Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a balayé les accusation américaine d'ingérence russe dans la campagne présidentielle de 2016, le 17 février à Munich (Allemagne) lors de la conférence annuelle sur la sécurité. [Thomas KIENZLE / AFP]
Présidentielle américaine «Baratin», «fantasme» : Moscou balaie les accusations d'ingérence électorale
Etats-Unis Oprah Winfrey n'a pas l'intention de se présenter à la présidentielle américaine

Ailleurs sur le web

Derniers articles