Kenya : 3 morts dans de nouvelles attaques tribales

Trois personnes ont été tuées mardi matin dans de nouveaux affrontements à caractère tribal, toujours en cours, dans le district rural de Tana River, dans le sud-est du Kenya, au lendemain de violences similaires ayant fait 38 morts, selon des sources policières. [AFP] Trois personnes ont été tuées mardi matin dans de nouveaux affrontements à caractère tribal, toujours en cours, dans le district rural de Tana River, dans le sud-est du Kenya, au lendemain de violences similaires ayant fait 38 morts, selon des sources policières. [AFP]

Trois personnes ont été tuées mardi matin dans de nouveaux affrontements à caractère tribal, toujours en cours, dans le district rural de Tana River, dans le sud-est du Kenya, au lendemain de violences similaires ayant fait 38 morts, selon des sources policières.

"Les affrontements (...) se poursuivent à l'heure où nous parlons, les groupes sont lourdement armés et tirent sur les gens de manière indiscriminée, ils ont aussi brûlé plusieurs maisons", a déclaré un policier sur place, sous couvert de l'anonymat.

Le chef de la police dans la Province de la Côte, Aggrey Adoli, a confirmé les violences et simplement fait état de victimes, sans fournir de bilan précis.

"Les choses ne vont pas très bien là-bas, il y a un problème depuis tôt ce matin, mais nous nous en occupons. Des victimes ont été signalées", a-t-il déclaré à l'AFP.

De son côté, Caleb Kilunde, un secouriste de la Croix-Rouge basé dans le district de Tana River a indiqué à l'AFP que "selon les premières informations, quatre villages ont été attaqués".

"Les assaillants sont toujours dans la zone. La police a été débordée, elle s'est repliée et attend des renforts", a-t-il expliqué.

Lundi, au moins 38 personnes, dont neuf policiers, avaient été tuées dans l'attaque d'un village par 300 membres d'une communauté rivale. Le président Mwai Kibaki avait annoncé l'instauration d'un couvre-feu et l'envoi de renforts policiers.

Le district de Tana River est le théâtre d'affrontements récurrents depuis de nombreuses années entre communautés rivales orma - essentiellement des éleveurs nomades - et pokomo - surtout composée d'agriculteurs sédentaires. Un cycle de violences particulièrement meurtrières y a fait plus de 100 morts depuis mi-août.

Dans la nuit du 21 au 22 août, au moins 52 personnes y ont été tuées dans l'attaque par des pokomo de plusieurs hameaux orma, la pire tuerie de ces dernières années au Kenya.

Vous aimerez aussi

Après l?évacuation, le nettoyage de la FAC de Toulouse
Violences Après l'évacuation, le nettoyage de la fac de Toulouse
Etats-Unis Accusé par plusieurs femmes de violences, le procureur général de New York démissionne
SNCF Des cheminots sèment la panique en tentant d'envahir plusieurs gares parisiennes

Ailleurs sur le web

Derniers articles