Grèce : annonce d'une grève générale

Les deux centrales syndicales grecques ont appelé à une grève générale le 26 septembre contre les nouvelles économies de 11,5 milliards d'euros préparées par le gouvernement, a-t-on appris jeudi de sources syndicales. [AFP] Les deux centrales syndicales grecques ont appelé à une grève générale le 26 septembre contre les nouvelles économies de 11,5 milliards d'euros préparées par le gouvernement, a-t-on appris jeudi de sources syndicales. [AFP]

Les deux centrales syndicales grecques ont appelé à une grève générale le 26 septembre contre les nouvelles économies de 11,5 milliards d'euros préparées par le gouvernement, a-t-on appris jeudi de sources syndicales.

La Confédération générale du privé (GSEE) et celle du public Adedy "appellent à une grève générale de 24 heures", a indiqué à l'AFP une responsable de la GSEE. L'objectif est de protester contre les nouvelles mesures que la Grèce s'apprête à adopter sous pression de ses créanciers UE et FMI pour débloquer la prochaine tranche du prêt international qu'ils lui ont promis, d'un montant de 31,5 milliards d'euros, vital pour le pays toujours en manque de liquidités.

"Il s'agit d'une grève d'avertissement pour marquer notre refus des nouvelles mesures", a affirmé à l'AFP le secrétaire général de l'Adedy, Ilias Iliopoulos.

Il a souligné que les syndicats prévoyaient par ailleurs une nouvelle action quand les mesures, actuellement négociées entre Athènes et la troïka représentant ses créanciers, seront officiellement présentées ou soumises au vote du parlement.

Le gouvernement de coalition est en train actuellement de finaliser ces nouvelles économies dans des négociations à Athènes avec les représentants des créanciers, UE, BCE et FMI, qui alimentent l'ire de l'opposition et des syndicats.

Cette grève est la première depuis l'élection en juin du nouveau gouvernement de coalition tripartite, droite-socialistes-gauche modérée, dirigée par le Premier ministre conservateur Antonis Samaras.

Les deux syndicats avaient auparavant mené depuis janvier trois grèves générales, les dernières de 48h en février contre l'adoption au parlement grec d'un train d'économies pour garantir le nouveau prêt de 130 milliards d'euros promis au pays lors du sommet européen de mars, en sus de celui de 110 milliards débloqués en mai 2010.

Vous aimerez aussi

Les bacheliers sont de plus en plus nombreux chaque année à s'inscrire à l'université
Étudiants L'État face au défi des facs bondées
Zone euro Grèce : les partis au pouvoir se penchent sur les mesures de rigueur
Manuel Valls Valls annonce des années "d'efforts"

Ailleurs sur le web

Derniers articles