Russie : l'opposition se prépare à une nouvelle grande manifestation contre Poutine

Vladimir Poutine le 13 septembre 2012 à Sochi [Alexey Druzhinin / AFP/Archives] Vladimir Poutine le 13 septembre 2012 à Sochi [Alexey Druzhinin / AFP/Archives]

Des milliers de Russes se préparaient samedi à participer à une nouvelle grande manifestation pour protester contre le président Vladimir Poutine, qui doit servir de test sur la vitalité du mouvement de contestation alors que le Kremlin a durci sa politique ces derniers mois.

A Moscou, où les organisateurs de la "Marche des millions" espèrent attirer 50.000 personnes - malgré une autorisation de manifester pour 25.000 personnes maximum -, les forces de sécurité se préparaient activement dès la matinée, en installant des barrières métalliques dans le centre-ville.

Environ 7.000 policiers doivent être déployés pendant le rassemblement, qui débutera à 13H00 (09H00 GMT), sur la place Pouchkine. Les manifestants effectueront à partir de 14H00 (10H00 GMT) une marche le long des boulevards jusqu'à l'avenue Sakharov, pour un meeting jusqu'à 22h00 (18H00 GMT).

Des manifestations similaires sont également prévues à Saint-Pétersbourg, la deuxième ville du pays, et dans plusieurs autres villes du pays.

A Vladivostok, cité portuaire d'Extrême-Orient située à sept fuseaux horaires de la capitale russe, seules quelques dizaines de personnes se sont déjà rassemblées, selon la police et les organisateurs.

Cette manifestation intervient après la condamnation à deux ans de camp de trois jeunes femmes membres du groupe de punk rock Pussy Riot pour une action anti-Poutine dans la principale cathédrale de Moscou, et alors que le pouvoir russe est accusé d'avoir "serré les boulons" pour réduire au silence ses détracteurs.

Dernier événement en date, le retrait vendredi par la majorité pro-Kremlin à la Douma (chambre basse) du mandat parlementaire du député anti-Poutine Guennadi Goudkov, au motif d'activités commerciales, une sanction dénoncée par l'intéressé comme une "vengeance" ourdie par le pouvoir.

D'autres chefs de file de l'opposition sont visés par des enquêtes, dont le charismatique Alexeï Navalny, qui encourt jusqu'à 10 ans de détention pour "détournement à grande échelle".

Seize personnes ont par ailleurs été inculpées pour leur participation présumée à des heurts avec la police le 6 mai à Moscou, lors d'une précédente manifestation d'opposition, et sont pour la plupart incarcérées. En juin, M. Poutine avait promulgué une loi instaurant des amendes considérables pour punir les manifestants en cas de troubles ou de rassemblement non autorisé.

Alors que l'opposition, qui réunit libéraux, nationalistes et partisans d'extrême-gauche, peine à surmonter ses divisions, le message devrait cette fois-ci insister sur les injustices sociales. "L'ordre du jour est celui que nous avons formulé au printemps. Nous allons parler de réformes politiques et socio-économiques", a déclaré l'un des chefs de file de la contestation, Sergueï Oudaltsov, cité par l'agence Interfax.

Pour la première fois, le parti communiste, le plus important parti d'opposition au Parlement, va participer à la Marche.

Le milliardaire Mikhaïl Prokhorov, arrivé troisième à la présidentielle et qui a déjà pris part à d'autres manifestations, a en revanche indiqué qu'il n'y participerait pas cette fois-ci, jugeant que l'opposition n'avait pas de programme cohérent, selon la radio Echo de Moscou.

Les premières grandes manifestations de l'opposition avaient commencé en décembre 2011 après la victoire du parti au pouvoir Russie unie aux législatives avec près de 50% des suffrages, au prix de fraudes massives selon l'opposition. Le mouvement a toutefois perdu de son élan depuis l'investiture de M. Poutine au Kremlin.

Vous aimerez aussi

Luigi Di Maio (M5S) et Matteo Salvini (La Ligue) sur un montage réalisé le 10 mai 2018 [Tiziana FABI / AFP/Archives]
Europe Comment l'Italie, au coeur de l'EU, s'est choisi un gouvernement eurosceptique
Politique Le gouvernement pourrait réduire les aides à l'emploi si le chômage baisse
Politique Bruno Le Maire veut maintenir la taxe d'habitation pour les résidences secondaires

Ailleurs sur le web

Derniers articles