Romney s'en prend à la culture de "dépendance" défendue par Obama

Le candidat républicain à la Maison Blanche Mitt Romney prononce un discours à Atlanta, le 19 septembre 2012 [Nicholas Kamm / AFP] Le candidat républicain à la Maison Blanche Mitt Romney prononce un discours à Atlanta, le 19 septembre 2012 [Nicholas Kamm / AFP]

Le candidat républicain à la Maison Blanche Mitt Romney s'en est pris mercredi à la culture de "dépendance" défendue selon lui par Barack Obama, cherchant à rebondir après avoir été critiqué pour avoir évoqué la mentalité de "victimes" de "47%" des Américains.

"Mon projet pour l'économie américaine encouragera les investissements privés et les libertés individuelles", a affirmé M. Romney dans une tribune publiée par le journal USA Today. "Au lieu de créer un réseau de dépendance, j'appliquerai des politiques qui feront croître notre économie et sortir des Américains de la pauvreté", a-t-il poursuivi.

M. Romney, dont la campagne pour tenter de ravir la Maison Blanche à M. Obama le 6 novembre faisait escale à Atlanta (Géorgie, sud-est) pour des réunions de levée de fonds, y a accusé le président démocrate d'être l'apôtre d'une "redistribution" des richesses, une notion qui aux Etats-Unis renvoie au socialisme dans son acception soviétique.

"La question de cette campagne n'est pas de savoir qui se soucie des pauvres et de la classe moyenne", a assuré le candidat conservateur. "C'est mon cas. C'est son cas", a-t-il ajouté à propos de M. Obama: "La question est de savoir qui peut aider les pauvres et la classe moyenne. Je le peux, il ne le peut pas!".

Le candidat républicain a ensuite assuré à Miami, lors d'une rencontre organisée par la chaîne hispanophone Univision, "se préoccuper de 100% de la population", tout en soulignant auprès des modérateurs du débat qu'il savit qu'il ne pourrait pas l'emporter avec 100% des voix le 6 novembre face à Barack Obama.

Dès mardi, les républicains avaient mis en avant des déclarations de Barack Obama datant de 1998 et censées traduire les convictions d'extrême-gauche de l'actuel président des Etats-Unis: il y défendait l'idée d'une "redistribution" des richesses par l'Etat.

Le porte-parole de la Maison Blanche, Jay Carney, a estimé mercredi que cette manoeuvre du camp de M. Romney s'apparentait à "une tentative, qui semble désespérée, de changer de sujet".

Lors de ses discours de campagne, M. Obama évoque l'idée d'une pression fiscale plus élevée pour les plus riches, se disant persuadé que la croissance reviendra si la classe moyenne est renforcée. Le projet économique de M. Romney prévoit au contraire de réduire les impôts des "créateurs d'emploi".

Mardi soir, le président avait estimé que son adversaire passait une partie importante des Américains "par pertes et profits" avec ses propos polémiques sur la mentalité de "victimes" de 47% de ses compatriotes.

Dans une vidéo volée publiée lundi par le journal de gauche Mother Jones, M. Romney assure que "47% voteront pour le président quoi qu'il arrive. Il y a 47% des gens qui sont avec lui, qui dépendent du gouvernement, qui pensent qu'ils sont des victimes, qui pensent que le gouvernement doit s'occuper d'eux (...) Ce sont des gens qui ne paient pas d'impôts".

Ces déclarations, que M. Romney n'a pas désavouées tout en concédant que leur formulation n'était pas "élégante", ont provoqué une tempête médiatique au moment où la candidature du républicain souffrait déjà de mauvais sondages, de revers de communication et d'un article de presse faisant état de querelles internes à son équipe.

Vous aimerez aussi

Donald Trump Tout savoir sur Hope Hicks, la directrice de la communication de la Maison Blanche qui vient de démissionner
Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a balayé les accusation américaine d'ingérence russe dans la campagne présidentielle de 2016, le 17 février à Munich (Allemagne) lors de la conférence annuelle sur la sécurité. [Thomas KIENZLE / AFP]
Présidentielle américaine «Baratin», «fantasme» : Moscou balaie les accusations d'ingérence électorale
Etats-Unis Oprah Winfrey n'a pas l'intention de se présenter à la présidentielle américaine

Ailleurs sur le web

Derniers articles