Alcool frelaté: les principaux coupables identifiés

Un employé de supermarché retire de la vente des bouteilles d'alcool après l'interdiction de la vente d'alcool à plus de 20 degrés, le 14 septembre 2012 à Brno [Radek Mica / AFP/Archives] Un employé de supermarché retire de la vente des bouteilles d'alcool après l'interdiction de la vente d'alcool à plus de 20 degrés, le 14 septembre 2012 à Brno [Radek Mica / AFP/Archives]

La police et la justice tchèques ont annoncé lundi avoir identifié les principaux responsables présumés d'une vague sans précédent d'intoxications à l'alcool frelaté qui a fait au moins 25 morts à travers la République tchèque.

"Des poursuites ont été lancées contre deux personnes pour un crime particulièrement grave", a déclaré devant la presse Roman Kafka, procureur de Zlin (est de la République tchèque).

"Ces deux personnes ont intentionnellement fabriqué fin août ou début septembre un mélange hautement toxique de méthanol et d'éthanol, pour le transmettre à une personne chargée de la distribution", a-t-il ajouté.

Les deux inculpés se procuraient le méthanol par le biais d'une société basée à Opava (nord-est) utilisant légalement cette substance pour la production de l'antigel pour voitures, selon la police.

Environ 6.000 litres du méthanol ont été saisis jeudi lors d'une perquisition dans cette firme.

Selon M. Kafka, ces deux personnes étaient au courant du fait que le "mélange brutal" qu'ils préparaient serait encore utilisé pour la fabrication illégale de boissons alcoolisées.

"Ces personnes se rendaient compte d'une possible atteinte à la vie et à la santé des gens sur tout le territoire de la République tchèque", a-t-il souligné.

Originaires de la région de Moravie-Silésie (nord-est de la République tchèque), les deux personnes risquent entre 12 et 20 ans de prison ferme, voire même la réclusion à perpétuité, selon lui.

Leur identité n'a pas été révélée, mais l'une de ces personnes est un homme de 42 ans, originaire d'Ostrava (nord-est). "Nous avons ses aveux complets et sa description du réseau de distribution", a-t-il ajouté.

Ses motivations étaient d'ordre financier, selon le procureur.

"L'affaire n'est pas à son terme, un travail énorme nous attend encore", a de son côté souligné le chef de la police tchèque, Martin Cervicek.

"Nous connaissons la source par laquelle l'alcool frelaté est arrivé sur le marché tchèque, nous connaissons les personnes qui ont mélangé l'alcool frelaté", a-t-il résumé.

Selon lui, 15.000 litres d'alcool frelaté ont été mis sur le marché tchèque dans le cadre de cette affaire qui a mis au grand jour l'existence d'un énorme marché noir, estimé à 25% de l'ensemble des ventes d'alcool dans ce pays.

Le principal suspect se trouve "dans un très mauvais état psychologique", a affirmé M. Cervicek, avant d'appeler l'opinion publique à "ne pas lancer de chasse à cet homme et à sa famille".

Dans le cadre de cette affaire, 42 personnes ont été jusqu'ici inculpées et 22 placées en détention provisoire, a indiqué lundi à l'AFP la porte-parole de la police tchèque, Stepanka Zatloukalova.

Un homme de 55 ans, hospitalisé depuis le 3 septembre à Havirov (nord-est), est décédé lundi, devenant la 25e victime mortelle de cette vague d'intoxications.

Une quarantaine de personnes restaient hospitalisées lundi à travers le pays après avoir consommé de l'alcool frelaté, certaines dans un état grave, placées en coma artificiel.

Le ministère tchèque a interdit le 14 septembre la vente des boissons de plus de 20% d'alcool. Cette mesure frappe sévèrement les distilleurs ainsi que les propriétaires de restaurants à travers la République tchèque.

La vente d'alcools forts tchèques a aussi été interdite dans plusieurs pays de la région.

Le gouvernement tchèque a approuvé la semaine dernière des mesures en vue de lever cette interdiction dans les semaines à venir. Parmi ces mesures figurent l'instauration d'un nouveau type de timbre d'accise, ainsi que d'un "certificat de naissance" de chaque bouteille de spiritueux qui permettrait la traçabilité de sa production.

Vous aimerez aussi

Antisémitisme A Prague, sans le savoir, on foule aux pieds des stèles juives
Accident République tchèque : plusieurs morts dans une explosion dans une usine chimique
Les membres de la sécurité du président tchèque Milos Zeman interpellent une Femen à Prague, le 12 janvier 2018 [Michal Cizek / AFP]
Europe Seconde journée du scrutin présidentiel tchèque, Zeman face aux libéraux

Ailleurs sur le web

Derniers articles