Lutte mano a mano d'Obama et Romney en Virginie

Le président Barack Obama à son arrivée à Virginia Beach, en Virginie, le 27 septembre 2012, dans le cadre de la campagne électorale [Saul Loeb / AFP] Le président Barack Obama à son arrivée à Virginia Beach, en Virginie, le 27 septembre 2012, dans le cadre de la campagne électorale [Saul Loeb / AFP]

La course s'accélère entre le président Barack Obama et son adversaire républicain Mitt Romney qui faisaient tous deux campagne jeudi en Virginie (est), un Etat-clé comme l'Ohio (nord) où ils s'étaient déjà disputé les suffrages des électeurs la veille.

M. Obama était attendu en milieu de journée sur la scène du "Farm Bureau Live", une arène de concerts semi-couverte de 20.000 places dont la majorité des sièges semblaient occupés une heure avant l'événement de Virginia Beach, sur la côte Atlantique, à 350 km au sud de Washington.

M. Romney, qui accuse un retard important sur le président sortant dans une majorité d'Etats-clé selon plusieurs sondages récents, venait lui aussi se battre sur le terrain de la Virginie, où il a accusé son adversaire de faire prendre à l'Amérique "le chemin de l'Europe" dans un discours donné à Springfield, dans la banlieue sud de Washington, devant des anciens combattants.

Mercredi déjà, MM. Obama et Romney, qui se retrouveront la semaine prochaine pour le premier de leurs trois débats télévisés, avaient labouré les mêmes terres à quelques kilomètres l'un de l'autre dans l'Ohio (nord), un Etat considéré comme le plus crucial de tous.

Aucun républicain, dans l'histoire récente, n'a conquis la Maison Blanche sans le gagner, et un sondage publié mercredi par le New York Times y crédite M. Obama d'une avance de dix points.

Malgré cette mauvaise passe, l'équipe de M. Romney a continué jeudi à critiquer le bilan économique de M. Obama, le message principal sur lequel elle tente de le mettre en difficulté.

Un Etat de plus en plus démocrate

La croissance révisée à la baisse, dévoilée jeudi, montre que "l'économie d'Obama est officiellement au point mort", a affirmé une porte-parole républicaine, Andrea Saul, selon qui "nos créateurs d'emploi (...) ne peuvent pas se permettre quatre nouvelles années comme les quatre dernières".

Mais les électeurs, dont ceux de Virginie, semblent juger moins sévèrement ces dernière semaines le bilan économique du président sortant: celui-ci dispose de 4,5 points d'avance sur M. Romney dans l'Etat, selon une moyenne de sondages du site spécialisé RealClearPolitics.

Le républicain a plongé dans les sondages depuis la publication d'une vidéo volée il y a 10 jours sur le site du magazine de gauche Mother Jones, dans laquelle on le voit parler de la mentalité de "victimes" de 47% des Américains ne payant pas d'impôts sur le revenu, selon lui acquis à son adversaire.

Autrefois très conservatrice, la Virginie est devenue plus sensible aux idées démocrates avec le développement des banlieues de Washington. Elle compte aujourd'hui presque 30% d'habitants issus des minorités, majoritairement acquis au président sortant. En 2008, ce dernier avait été le premier démocrate depuis 1964 à remporter l'Etat à la présidentielle.

A 40 jours de l'élection du 6 novembre mais alors qu'un scrutin anticipé est déjà en cours dans de nombreux Etats, l'équipe de Barack Obama a présenté jeudi une publicité télévisée de deux minutes, une durée inhabituellement longue à ce stade de la campagne. Elle est destinée à être diffusée dans sept Etats potentiellement décisifs, dont la Virginie.

Dans cette vidéo, que son équipe présente comme "ce que le président vous dirait s'il était assis à votre table", M. Obama revient sur la situation économique difficile dont il a hérité en arrivant au pouvoir début 2009, et accuse M. Romney de vouloir revenir aux politiques "qui nous ont mis dans cette situation".

Il présente aussi son plan économique, en promettant "un million de nouveaux emplois dans le secteur manufacturier", la réduction de moitié des importations de pétrole d'ici à 2020, et un investissement dans la formation. Sur un canevas éprouvé, il vante aussi la fin de cadeaux fiscaux pour les plus riches afin d'aller vers un rééquilibrage du budget, au nom d'un "nouveau patriotisme économique".

Vous aimerez aussi

Martin Luther King lors de la marche pour l'emploi et la liberté, à Washington, en 1963.
Etats-Unis 50 ans après sa mort, le rêve inachevé de Martin Luther King
Etats-Unis Le couple Obama a écrit une lettre aux rescapés de Parkland
Etats-Unis Les Obama vont produire des émissions pour Netflix

Ailleurs sur le web

Derniers articles