Premier débat sous tension entre Obama et Romney

Deux étudiants figurent Barack Obama et Mitt Romney lors des répétitions techniques du débat entre les deux candidats à la Maison Blanche, le 2 octobre 2012 à Denver [Win Mcnamee / Getty Images/AFP] Deux étudiants figurent Barack Obama et Mitt Romney lors des répétitions techniques du débat entre les deux candidats à la Maison Blanche, le 2 octobre 2012 à Denver [Win Mcnamee / Getty Images/AFP]

Le président américain Barack Obama et son adversaire républicain Mitt Romney s'affrontent mercredi soir au premier des trois débats présidentiels à Denver (Colorado, ouest), un test de personnalité suivi par des dizaines de millions d'Américains.

Barack Obama arrivera sur scène en position de force, avec une avance nette dans les sondages. La dernière enquête de l'institut Gallup lui accorde 50% des intentions de vote contre 44% pour Mitt Romney, un écart supérieur à la marge d'erreur. Voir l'infographie.

Pour Mitt Romney, la rencontre diffusée sur toutes les grandes chaînes américaines offre une tribune exceptionnelle pour renverser la tendance, à moins de cinq semaines du scrutin du 6 novembre. Tout savoir sur l'organisation du débat.

L'économie et l'emploi occuperont l'essentiel de la rencontre de 90 minutes, à partir de 19H00 locale (01H00 GMT jeudi). Plus de 50 millions de téléspectateurs devraient la suivre. Deux incidents pour l'avion du vice-président Biden.

"Nous ne pouvons pas nous permettre quatre années supplémentaires comme les quatre années passées" est la formule centrale de Mitt Romney, martelée lundi lors d'un dernier discours prononcé avant que le candidat ne s'enferme dans un hôtel du centre de Denver pour se préparer au duel.

L'argument d'incompétence du président sur le front de l'emploi a perdu de sa force ces derniers mois, avec un chômage toujours haut, à 8,1% en août, mais qui a fortement diminué depuis le pic de la crise dans plusieurs Etats clés comme l'Ohio (nord).

Mitt Romney a donc accentué depuis plusieurs jours ses attaques sur la politique étrangère de Barack Obama, accusé de passivité face aux récentes attaques anti-américaines dans le monde arabe ou sur le dossier du nucléaire iranien.

Le président, orateur plus à l'aise dans les grands discours que dans les face-à-face, a passé lundi et mardi dans un hôtel du Nevada (ouest) à dépoussiérer ses talents de débatteur, exercés pour la dernière fois en octobre 2008 avant son élection, face à John McCain.

Nul doute qu'il exploitera la vidéo volée, filmée en mai et diffusée en septembre, dans laquelle Mitt Romney confie à des donateurs de sa campagne qu'il n'a "pas à se préoccuper" des 47% d'Américains qui ne paient pas d'impôts, les qualifiant de "victimes" dépendantes de l'Etat et irrémédiablement acquises au candidat démocrate.

 

A lire aussi :

Présidentielle américaine : mode d'emploi

Le calendrier de l'élection américaine

Vous aimerez aussi

Donald Trump Tout savoir sur Hope Hicks, la directrice de la communication de la Maison Blanche qui vient de démissionner
Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a balayé les accusation américaine d'ingérence russe dans la campagne présidentielle de 2016, le 17 février à Munich (Allemagne) lors de la conférence annuelle sur la sécurité. [Thomas KIENZLE / AFP]
Présidentielle américaine «Baratin», «fantasme» : Moscou balaie les accusations d'ingérence électorale
Etats-Unis Oprah Winfrey n'a pas l'intention de se présenter à la présidentielle américaine

Ailleurs sur le web

Derniers articles