Lille rate l’Agence européenne du médicament, Aubry et Bertrand en veulent à Macron

Marine Aubry est apparue particulièrement remontée contre le Président de la République.

Le choix de l’Union Européenne de retoquer la candidature de Lille pour accueillir le siège de l’Agence européenne du médicament ne passe pas auprès de Martine Aubry, maire de la ville et Xavier Bertrand, président de la région Hauts-de-France. Pour eux, le bouc-émissaire porte un nom : celui d’Emmanuel Macron.

Les deux élus ont fait état lundi d’une certaine amertume après qu’Amsterdam a été désigné lundi, prenant ainsi la succession de Londres, l’un des premiers effets concrets du Brexit. De concert, ils ont critiqué le soutien tardif et timide du chef de l’Etat à la candidature lilloise.

«En soutenant l’Agence Bancaire Européenne, @Emmanuel Macron a fait le choix de la finance plutôt que de la santé », a regretté l’ancien ministre de Nicolas Sarkozy, en écho à une autre décision survenue lundi, celle de transférer le siège de l’Autorité bancaire européenne de Londres à Paris.

Plus corrosive, Marine Aubry a estimé sur RTL que «c’est extrêmement désolant de ne pas avoir été défendu au plus haut niveau, malgré les derniers propos du Président qui a dit qu'il y mettrait tout son poids. J'espère qu'il ne l'a pas mis sinon ce serait inquiétant sur son poids». Et de poursuivre sur Twitter : «Nous avions la conviction que le Président de la République n’avait pas – malgré ses dires – soutenu le dossier de l’#AEM à @lillefrance ; nous en avons maintenant la preuve».

«Nous avons mis à disposition un ambassadeur à temps plein pour porter la candidature de Lille. Des ministres se sont déplacés (...) Emmanuel Macron s'est engagé aussi dans ce dossier», est de son côté venu tempérer Christophe Castaner, porte-parole du gouvernement et nouveau délégué général de la LREM. Alors, mauvais perdants Xavier Bertrand et Martine Aubry ?

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles